Archive

Category Archives for "Gros oeuvre"

Gros oeuvre, nos conseils et astuces dans notre guide complet

Le gros œuvre est la phase essentielle dans les travaux de la conception d’un bâtiment ou d’une habitation. Il s’agit tout simplement de la base de l’ossature. Il permet de garantir la stabilité de la fondation. En effet, c’est le gros œuvre qui va donner la possibilité au bâtiment de se maintenir.

Le gros œuvre c’est l’ensemble des parties d’une fondation. Il permet la robustesse de la construction. En outre, le gros œuvre doit aussi permettre la solidité du bâtiment face à son poids incluant des éléments tels que la menuiserie et la couverture. Attention : Beaucoup de personnes pensent que le gros œuvre est la même chose que ce que l’on nomme le « second œuvre ». Or ce n’est pas la même chose puisque ce dernier comprend notamment les cloisons, les diverses installations ou encore l’isolation. Le gros œuvre peut se faire au moyen de différents matériaux. En effet, il peut par exemple se construire en parpaings ou bien en béton armé.

Il faut savoir que les charpentes ne font pas forcément parti du gros œuvre. La plupart du temps, elles sont montées avec l’un des deux matériaux suivants : le bois et le métal. Faites appel aux services d’experts charpentiers afin d’alléger l’ensemble.

Que comprennent les travaux de Gros œuvre ?

Le gros œuvre comprend une multitude de différents travaux tels que les fondations, l’assainissement, la couverture ou encore le soubassement. Pour ce qui est des fondations, elles sont le premier genre de gros œuvre à effectuer pour une habitation. Elles doivent stabiliser l’assise de la maison. Les fondations sont des travaux complexes et comprenant une multitude d’opérations à effectuer telles que le terrassement, le cuvelage ainsi que le lissage. Quand ces différentes phases sont finalisées, le béton est coulée directement dans la tranchée. Cette dernière aura été creusée et terrassée au préalable. Pour ce qui est des travaux hors sol, l’élévation des murs est certainement l’aspect du gros œuvre le plus réputé. Le but de ces travaux est de concevoir les murs extérieurs de la construction. Les travaux gros œuvre se terminent par la mise hors d’air et hors d’eau de l’habitation. La première nommée consiste en l’installation de portes extérieures ainsi que de fenêtres. La deuxième consiste en la conception de la charpente ainsi que de la toiture.

Et pour ce qui est des prix du Gros œuvre ?

Le tarif des travaux de gros œuvre varie selon une multitude de facteurs comme les matériaux utilisés, le prix de la main d’œuvre ainsi qu’une multitude de différentes options. Il faut savoir que le tarif est en règle générale dégressif selon la superficie. Voici quelques ordres de prix afin que vous puissiez vous faire une idée plus précise concernant le prix des travaux de gros œuvre :

Pour concevoir un mur traditionnel, la fourchette de prix ira de 40 à 120 € le mètre carré. Le prix variera essentiellement selon l’épaisseur du matériau utilisé.

Concevoir un local de stockage, aura un prix situé entre 400 et 600 € le mètre carré.

Pour monter une habitation de plain pied (ayant une superficie au-dessus de 120 mètres carrés), le prix sera compris entre 900 et 1100 €.

Enfin, pour ce qui est du tarif de la main d’œuvre d’un maçon, il n’est pas la même d’une région à une autre. Ainsi, effectuez toujours des devis avant de faire votre choix !

En quoi consiste exactement les travaux d’assainissement ?

Les travaux d’assainissement sont la deuxième phase du gros œuvre. Le but de ces travaux est d’entreposer et d’épurer la totalité des eaux usées de l’habitat.

Cette opération vient après l’installation des fondations car la totalité des raccordements doit être mis à même le sol. Cette opération doit être effectuée avant que l’habitation soit entièrement hors d’eau. Il existe différents genres d’assainissement. Le premier est celui qu’on nomme « assainissement collectif ». Ce dernier est possible seulement si votre maison se situe dans une zone d’assainissement collectif. Si tel est le cas, il faudra raccorder votre habitat au réseau d’assainissement collectif, pour que vos eaux usées partent par là.

Si au contraire votre habitation n’est pas dans ces zones, vous devrez effectuer un dispositif assainissement non collectif. Il faudra alors concevoir une fosse septique. La fonction de cette dernière sera de récolter les eaux usées de la maison.

Tout sur les travaux de fondations

Le rôle principal des fondations d’une habitation est de garantir la transmission des charges sur le sol. Cette opération demande l’intervention d’experts du bâtiment possédant le savoir-faire nécessaire pour ce type de travaux et surtout qui sont qualifiés. Premièrement, il faut disposer les fondations de votre future habitation hors gel. Dans ce but, il faut les mettre à une certaine profondeur, changeant en fonction des régions notamment. En outre, un autre critère permettra de caractériser le niveau des fondations, il s’agit de l’altitude de votre terrain. Le genre de fondation dont vous avez besoin est déterminé au préalable grâce à une étude du sol. Pour ce qui est du mode de fondation, il sera déterminé par divers points comme la nature ainsi que la portance de votre terrain.

Si le sol possède les avantages nécessaires, l’habitation pourra être conçu dessus sans adaptation spécifique. Par contre si le sol est de mauvaise qualité (beaucoup d’argile par exemple), cela ne pourra malheureusement pas être le cas. Il y a 3 genres de fondations : les superficielles, les semi-profondes ainsi que les profondes.

Coût des travaux d’assainissement

Si le lieu de votre maison est en zone d’assainissement non collectif, l’installation d’un assainissement individuel est obligatoire. Il faut savoir que ce système possède un coût d’achat et d’entretien changeant en fonction filières. Renseignez-vous sur les différentes aides au financement permettant de couvrir une partie des travaux.

Pour ce qui est du tarif d’une installation d’assainissement individuel, il change en fonction de deux critères : Le genre de filière ainsi que le nombre d’habitants. Concernant le dispositif d’assainissement non collectif, il existe deux options possibles : La fosse toutes eaux ainsi que la micro-station d’épuration. Le deuxième choix est plus cher mais les prix moyens se valent. Le tarif total à va dépendre du genre d’installation désiré : Pour une fosse toutes eaux, la moyenne de prix est située aux alentours de 7500 euros. Enfin, pour ce qui est du budget pour une micro station d’épuration, envisagez environ 10000 euros.

Trouver un professionnel pour les travaux d’assainissement

Les travaux d’assainissement sont essentiels dans tous types de construction. Ils permettent d’évacuer efficacement les eaux usées et les eaux pluviales afin qu’elles puissent être traitées et renvoyées dans leur milieu naturel. Selon qu’on se trouve dans la zone d’assainissement collectif ou non, les travaux à réaliser sont différents. En effet, pour un assainissement individuel ou non collectif, l’installation à construire est plus importante puisqu’en plus des dispositifs d’évacuation des eaux, il faudra aussi prévoir des dispositifs de traitement. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ces travaux nécessitent donc des compétences particulières et aussi des matériels spécifiques. C’est la raison pour laquelle il est toujours recommandé de faire appel à des professionnels même s’il est possible d’opter pour l’auto-installation. Voyons tout cela plus en détail dans les paragraphes qui suivent.

A qui confier ses travaux d’assainissement ?

Plusieurs options s’offrent à vous en ce qui concerne la réalisation des travaux d’assainissement. Pour commencer, il est possible recourir aux compétences d’un bureau d’étude en assainissement. Il s’occupe surtout de la réalisation des diverses études relatives à la mise en place du système. Celles-ci sont nécessaires pour connaître le type de dispositif d’assainissement à utiliser, mais aussi de la quantité de travaux à faire.

travaux d’assainissement

En outre, il est aussi possible de faire appel aux services d’une entreprise spécialisée. Il s’agit même de la solution la plus recommandée. Comme l’installation d’assainissement est particulièrement complexe, il est important de s’appuyer sur les compétences et expériences d’une entreprise spécialisée pour la réalisation des travaux nécessaires. Elle dispose de tout le savoir-faire qu’il faut pour mener à bien les différentes étapes des travaux, c’est-à-dire le terrassement, le creusage, la plomberie, le raccordement, etc. D’autant plus que l’on peut facilement bénéficier d’aides financières. Sur le marché, vous pouvez trouver un grand nombre de prestataires. Toutefois, pour être sûr de votre choix et vous faciliter la tâche, le mieux serait de se rendre sur le site du SPANC (service public d’assainissement non collectif) et de jeter un œil sur l’annuaire présentant les différents spécialistes dans ce domaine.

système d’assainissement par un professionnel

Enfin, l’auto-installation est également possible pour les filières écologiques, mais elle est fortement déconseillée si vous ne disposez pas d’un savoir-faire solide. La plupart des travaux à faire sont en effet complexes et il faudra avoir à disposition des matériels spécifiques pour mener à bien chaque mission.

Faire installer son système d’assainissement par un professionnel

Nous avons déjà évoqué plus haut l’intérêt de faire réaliser les travaux d’assainissement par une entreprise spécialisée et professionnelle. Si cela est plus qu’évident pour un raccordement au tout-à-l’égout (assainissement collectif), on ne peut pas en dire moins pour l’installation d’un système d’assainissement individuel ou non collectif. En effet, à cause de la diversité des procédés, on doit chercher des compétences de plus en plus spécifiées.

système d’assainissement

Pour les filières traditionnelles (fosse septique et épandage) et agréées (fosses toutes eaux, micro-station d’épuration, filtre compact, etc.), on peut facilement trouver des prestataires spécialisés dans le domaine du terrassement et des travaux paysagers. Il suffira donc de faire son choix en fonction du délai de réalisation des travaux et les tarifs. En revanche, pour les techniques écologiques, lesquelles sont encore très peu connues (bambou, toilettes sèches, filtres plantés, etc.), il faudra prendre en compte l’expérience et la réputation des entreprises avant de faire son choix. Cela permettra de trouver les prestataires les mieux qualifiés pour réaliser les travaux d’assainissement et garantir un ouvra sûr et efficace.

Il est bon de savoir que si vous optez pour les filières traditionnelles, le professionnel que vous choisirez doit réaliser les travaux en respect des normes NF DTU 64.1. Par contre, si votre choix se porte sur les filières agréées, assurez-vous que le professionnel respecte bien les exigences techniques pour la filière utilisée.

Les divers intervenants dans l’installation d’assainissement individuel

L’assainissement individuel ou non collectif est certainement le plus complexe des deux types d’assainissement. Outre l’importance et la complexité des travaux à réaliser, les intervenants sont aussi nombreux au début, durant et après réalisation. Bien évidemment, il y a tout d’abord le propriétaire du logement, lequel définit son besoin en assainissement individuel et choisit le professionnel à qui il va confier la tâche.

Mais avant, il doit tout d’abord convier les agents du SPANC (service public d’assainissement non collectif). Celui-ci supervise et contrôle la conception de l’installation, sa mise en œuvre et son fonctionnement par la suite. Le but est notamment ici de s’assurer que l’ouvrage est bien conforme aux normes en vigueur et que l’installation fonctionne très bien.

Outre les agents du SPANC, le propriétaire doit aussi faire appel à un bureau d’études et à une entreprise de travaux spécialisée pour la  réalisation de l’ouvrage. Le premier se focalisera sur l’étude des sols et la conception de l’installation. Pour sa part, l’entreprise de travaux réalise le système d’assainissement collectif conformément aux normes NF DTU 64.1 pour les filières traditionnelles et à leurs prescriptions respectives pour chaque filière des filières agréés.

Des professionnels vous recontactent Gratuitement pour votre projet : 


Surface du terrain en m²

Surface du bâtiment en m²

Code postal

Vos informations

Saisir votre numéro de téléphone si vous voulez être rapidement contacté par des professionnels



* champs obligatoires

Les aides aux travaux d’assainissement individuel

Votre habitation ne se trouve pas dans la zone d’assainissement collectif ? Alors, vous n’avez d’autres choix que d’opter pour l’assainissement individuel ou non collectif. En effet, vous devez vous faire construire votre propre système d’assainissement. Comme vous vous en doutez, les travaux à réaliser pour ce faire sont importants et peuvent vous être coûteux. C’est pourquoi l’Etat a mis en place des aides financières afin que vous puissiez mener à bien les travaux et concevoir ainsi une installation d’assainissement conforme aux normes en vigueur. Les aides peuvent provenir de nombreux organismes et agences et certaines sont même cumulables. Retrouvez dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur les aides financières aux travaux d’assainissement individuel.

Les différents aides travaux assainissement individuel

L’éco prêt à taux zéro

L’éco-PTZ ou éco prêt à taux zéro est une formule permettant de financer les travaux de rénovation énergétique des logements. Parmi les 3 potions qu’elle propose, on peut en trouver 2 qui correspondent à l’assainissement individuel. Il y a tout d’abord l’option « réhabilitation des systèmes d’assainissement non collectif », laquelle permet de bénéficier d’un prêt pour réhabiliter ou changer son installation d’assainissement. On peut aussi opter pour l’option « performance énergétique globale ». Celle-ci offre également la possibilité d’obtenir un prêt pour la réalisation de travaux d’assainissement. Cependant, pour en bénéficier, il faudra mettre en place un système qui n’utilise pas d’énergie.

Les aides provenant des communes et des conseils généraux

Lors des travaux d’assainissement individuel, les communes et leurs conseils généraux peuvent également  vous octroyer des aides financières. Les conditions d’obtention sont généralement les mêmes. Toutefois, le montant peut varier d’un département à un autre. A noter qu’il existe des collectivités où les aides sont uniquement réservées aux propriétaires qui veulent entamer des travaux de réhabilitation. Mais si vous désirez savoir si vous pouvez en bénéficier, vous pouvez du SPANC (service public d’assainissement non collectif) et remplir le formulaire de demande de subvention. Enfin, il est bon de savoir que cette demande doit toujours être formulée et accordée avant de pouvoir commencer les travaux.

Les aides provenant de l’Anah

L’agence nationale de l’habitat ou Anah propose également des subventions pour la réalisation des travaux d’installation ou de réhabilitation d’assainissement non collectif. La seule condition requise est que le système utilisé soit agréé (micro-station d’épuration, filtre compact, etc.). Aussi, le propriétaire doit habiter le logement pour une durée minimale de 6 ans. A noter que le montant maximum du prêt accordé par l’Anah dépend de la situation financière initiale du propriétaire à l’année N-2.

Le TVA à taux réduit

Enfin, tous travaux d’entretien du système d’assainissement individuel bénéficient aussi d’une imposition au taux réduit de la TVA. Néanmoins, ce profit est soumis à condition. Si vous prévoyez de réhabiliter un système d’assainissement individuel existant mais plus vieux, vous pouvez profiter d’un taux réduit à la TVA à hauteur de 10 %. Cela dit, il faudra que le logement concerné par les travaux de réhabilitation soit achevé depuis au moins 2 ans. Dans le cas contraire, le taux réduit à la TVA ne pourra pas s’appliquer.

Des professionnels vous recontactent Gratuitement pour votre projet : 


Surface du terrain en m²

Surface du bâtiment en m²

Code postal

Vos informations

Saisir votre numéro de téléphone si vous voulez être rapidement contacté par des professionnels



* champs obligatoires

Quels coûts pour des travaux d’assainissement collectif ?

Si votre nouvelle construction se trouve dans la zone d’assainissement collectif, alors vous devez vous raccorder au tout-à-l’égout pour l’évacuation de vos eaux usées domestiques. Il s’agit en effet d’une obligation à laquelle vous devez vous conformer. Selon la législation en vigueur, vous avez un délai maximum de 2 ans pour le raccordement après que le réseau public ait été mis en place. Dans le cas contraire, vous pourriez être sanctionné par une amende. Mais combien coûtent les travaux d’assainissement collectif ? Pour pouvoir répondre à cette question, il faudra encore considérer certains facteurs que nous allons vous détailler dans les paragraphes qui suivent. Mais avant, voyons tout d’abord la répartition des charges pour le raccordement au tout-à-l’égout.

Les frais pour le raccordement au tout-à-l’égout

Dans la zone d’assainissement collectif, il existe déjà des réseaux d’égouts sous la voie publique. Tous les immeubles qui peuvent accéder directement ou indirectement à ce réseau public doivent s’y raccorder. Pour cela, il existe certains travaux à faire et des dispositifs de raccordement à mettre en place. Ici, seuls les travaux de raccordement partant de sa maison à la clôture sont incombés au propriétaire. La commune se chargera du paiement des autres travaux de raccordement jusqu’au réseau public d’assainissement.

Quels coûts pour des travaux d’assainissement collectif

Par rapport à ce qui est dit précédemment, le propriétaire a donc le droit de choisir le prestataire qu’il veut pour la réalisation des travaux de raccordement sur son terrain. Ici, il peut faire appel à différents prestataires qu’il doit aussi payer en fonction des missions à réaliser. Le coût des travaux d’assainissement en dépendra donc largement et il est influé par les facteurs suivants :

La nature du sol et le plan du terrain

Avant de commencer les travaux de raccordement au tout-à-l’égout, il faudra commencer par faire une étude du sol et du plan du terrain. C’est essentiel pour juger du type de dispositif à mettre en place et de la quantité de travaux à réaliser. Cette étude doit être réalisée par un bureau d’étude réalisé et bien évidemment, il faudra le payer. Mais elle ne coûte généralement qu’entre 300 et 900 euros.

assainissement collectif

La quantité de travaux à réaliser

Une fois que l’étude ait été réalisée, il faudra maintenant procéder à l’achat des divers matériels dont a besoin pour la construction. La quantité de matériels à utiliser ainsi que leur prix seront fonction des travaux à réaliser. Et quand ils sont tous réunis, il faudra aussi trouver une entreprise spécialisée pour les installer et concevoir donc l’ouvrage. En moyenne, le prix de pose est compris entre 200 et 400 € le mètre linéaire. Au total, on doit donc payer environ 4 000 à 8 000 € pour l’achat des matériels et leur pose.

taxe de raccordement

La taxe de raccordement et la redevance d’assainissement

Enfin, outre les frais liés à la mise en place des dispositifs d’assainissement, il existe également d’autres dépenses à payer au moment du raccordement. On citera en premier lieu la taxe de raccordement au tout-à-l’égout. C’est une taxe que les propriétaires doivent payer à la commune au moment pour pouvoir se raccorder au réseau public. En fonction de la commune, son montant peut varier de 500 à 1 000 €.

A part cela, il y a aussi ce qu’on appelle redevance d’assainissement. Il s’agit également d’une forme de taxe que les propriétaires doivent s’acquitter afin de participer aux travaux d’investissement et d’entretien de l’ouvrage.

Des professionnels vous recontactent Gratuitement pour votre projet : 


Surface du terrain en m²

Surface du bâtiment en m²

Code postal

Vos informations

Saisir votre numéro de téléphone si vous voulez être rapidement contacté par des professionnels



* champs obligatoires

Coût des travaux d’assainissement, combien ça coûte vraiment ?

Les travaux d’assainissement sont obligatoires pour toute nouvelle construction. Comme vous le savez déjà probablement, il faudra prévoir des dispositifs pour permettre l’évacuation des eaux usées et assurer par conséquent la salubrité des lieux. L’installation d’un système d’assainissement doit respecter certaines règles et doivent être réalisées par des professionnels qualifiés. Ici, les travaux à réaliser sont différents selon que l’on se trouve dans la zone d’assainissement collectif ou non. Il va donc de soi que les prix soient aussi différents. Dans cet article, nous allons tout vous dire sur le coût des travaux d’assainissement. Et afin que vous puissiez y voir plus clair, nous allons parler du coût des travaux d’assainissement collectif dans un temps et de l’assainissement individuel ou non collectif d’un autre.

Le coût des travaux d’assainissement collectif

Pour commencer, il est bon de savoir que les travaux d’assainissement collectif sont facilités par la présence de réseaux d’égouts sous la voie publique. Les immeubles qui ont accès à cette voie publique ont l’obligation de se raccorder à ce réseau d’assainissement collectif que l’on appelle aussi tout-à-l’égout. Le raccordement au tout-à-l’égout doit se faire dans un délai maximum de deux ans à partir de la date où le réseau public est mis en service. Dans le cas contraire, des sanctions peuvent être encourues par les propriétaires des immeubles.

filière traditionnelle d’assainissement collectif

La répartition des frais dans l’assainissement collectif

A noter que dans le cadre des travaux d’assainissement collectif, seul les dispositifs partant de la maison à la clôture sont à la charge du propriétaire. Le reste sera réalisé aux frais de la commune.

Dans ce cas-ci, il a la possibilité de choisir lui-même les professionnels qu’il désire réaliser les travaux. Car sachez qu’il faudra ici faire appel à plusieurs types de prestataires à ne citer que le bureau d’études, les fournisseurs et les installateurs. Pour le coût total de l’installation, il faudra donc commencer par prendre en compte ces différents facteurs. A tout cela s’ajoutent ensuite le plan du terrain, la nature du sol, la longueur du raccordement jusqu’au réseau d’assainissement et bien d’autres encore. Au total, le prix peut donc monter jusqu’à plusieurs milliers d’euros en fonction des travaux à réaliser. A noter que le prix peut aussi différer d’un département à un autre.

Aide et financement

Les travaux d’assainissement collectif peuvent être coûteux à réaliser. C’est la raison pour laquelle, dans certaines communes, des aides financières sont proposées afin de permettre la réalisation rapide et dans les normes des travaux. Elles sont généralement soumises à des conditions particulières et si vous désirez en savoir plus à ce sujet, vous pouvez vous rendre auprès du bureau de la mairie pour obtenir les informations nécessaires à leur obtention.

Coût des travaux d’assainissement

Redevance d’assainissement

L’assainissement peut avoir un coût important au moment de sa réalisation. Et après installation, il se peut que l’on vous demande aussi des frais supplémentaires. On parle notamment ici de la redevance d’assainissement. Il s’agit d’une taxe que l’on doit payer afin de participer aux charges d’investissement et d’entretien du réseau. Bien évidemment, le montant varie généralement d’une commune à une autre ou d’un département à un autre.

Le coût des travaux d’assainissement non collectif

Comparés aux travaux d’assainissement collectif, les travaux d’assainissement individuel ou non collectif présente des coûts plus importants. En effet, les propriétaires d’immeuble sis hors de la zone d’assainissement collectif doivent disposer de leur propre système d’assainissement. Ce qui peut occasionner un coût important dans la mesure où l’on doit créer des dispositifs de collecte, de traitement et d’évacuation des eaux usées. Le prix peut notamment dépendre de plusieurs facteurs, à commencer par le type d’assainissement individuel que l’on souhaite mettre en place.

Prix d’une filière traditionnelle d’assainissement individuel

Si vous désirez mettre en place une filière traditionnelle d’assainissement collectif, voici les coûts auxquels vous devez vous préparer en fonction du dispositif que vous désirez installer :

  • Pour une fosse toutes eaux avec lit d’épandage, il faudra prévoir entre 3 500 et 6 000 € pour l’achat des dispositifs et leur installation.
  • Pour une fosse toutes eaux avec filtre à sable non drainé, le coût total s’estime entre 4 500 et 7 000 €.
  • Pour une fosse toutes eaux avec filtre à sable drainé le prix monte de 5 000 à 8 000 €.
  • Pour une fosse toutes eaux avec tertre d’infiltration, le prix oscille entre 7 000 et 11 000 €.

Prix d’une filière agréée d’assainissement individuel

En revanche, si vous désirez vous orienter vers des solutions plus modernes et opter pour la filière agréée, voici les coûts auxquels vous devez vous préparer en fonction du dispositif utilisé :

  • Pour une fosse toutes eaux avec filtre à coco, le prix varie de 7 000 à 7 500 €.
  • Pour une fosse toutes eaux avec filtre septodiffuseur, le prix se trouve entre 5 500 et 7 000 €.
  • Pour une fosse toutes eaux avec filtre compact, le prix s’estime entre 8 000 et 11 000 €.
  • Pour une micro-station d’épuration, il faudra prévoir entre 6 000 et 12 000 €.

Enfin, si vous prévoyez de choisir un assainissement semi-collectif, le lagunage est le dispositif d’assainissement qu’il vous faut. Et pour un tel dispositif, le prix est de 600 €/ équivalent habitant.

Pour aller plus loin :

Des professionnels vous recontactent Gratuitement pour votre projet : 


Surface du terrain en m²

Surface du bâtiment en m²

Code postal

Vos informations

Saisir votre numéro de téléphone si vous voulez être rapidement contacté par des professionnels



* champs obligatoires

Coût des travaux d’assainissement individuel

Votre habitation ne se situe pas dans la zone d’assainissement collectif ? Comme vous le savez déjà probablement, vous êtes obligé de vous tourner vers l’assainissement individuel ou collectif. Autrement dit, vous allez vous faire fabriquer vous-même votre système d’assainissement privé. Pour ce faire, vous devez faire appel à des sociétés spécialisées ayant les compétences qu’il faut pour réaliser ce genre de mission. Mais à quel prix ? Cela dépend des différents coûts liés à chaque étape de la réalisation des travaux d’assainissement individuel. Focus sur ce sujet.

Quel aspect et coût des travaux d’assainissement individuel ?

Coût des travaux d’assainissement individuel : le coût de l’étude de la filière d’assainissement

Avant de construire votre système d’assainissement privé, il convient de faire quelques études au préalable. Celles-ci peuvent porter sur la nature du sol, sur le plan du terrain, sur le nombre des occupants de l’habitation et sur vos besoins. Elles doivent être réalisées par des spécialistes, généralement des bureaux d’études. Le but est notamment ici de déterminer le type d’assainissement individuel qui correspond à votre logement. Bien évidemment, l’étude n’est pas gratuite et il faudra prévoir entre 200 et 500 euros.

Coût des travaux d’assainissement individuel

Coût des travaux d’assainissement individuel : le coût du contrôle de conformité du SPANC

Au début, durant et après la réalisation des travaux d’assainissement non collectif, le SPANC (service public d’assainissement non collectif) effectue des contrôles de conformité afin de vérifier que l’ouvrage respecte bien les normes en vigueur. Pour faire ce contrôle, l’organisme analyse le dossier et se rend sur place pour constater et faire une visite deux ou trois fois. Ce contrôle a un prix et il varie généralement de 50 à 350 euros en fonction du département dans le quel vous vous trouvez.

Coût des travaux d’assainissement individuel : le coût de l’achat du système d’assainissement

C’est certainement le coût le plus important lors de l’installation d’un système d’assainissement non collectif. Le prix dépend ici de la filière d’assainissement que l’on souhaite mettre en place. Celui de la filière traditionnelle (fosse septique avec un épandage) est normalement moins cher que la filière agréée (filtre compact, micro-station d’épuration, etc.). Toutefois, il convient de prendre en compte le prix de plusieurs dispositifs tels que celui de collecte des eaux usées, celui du traitement et également celui de l’évacuation puisque chaque dispositif a son propre coût. Cela dit, il est aussi possible de les acheter en un seul pack. Au total, le coût peut aller de 3 000 à 8 000 euros.

coût de l’achat du système d’assainissement

Le coût de l’installation du système d’assainissement

Une fois que tous les dispositifs nécessaires pour l’assainissement non collectif sont réunis, il ne reste plus qu’à passer à l’installation du système. Ces travaux doivent être réalisés par une entreprise spécialisée et me coût total comprend le schéma et dessin technique, le terrassement, la ventilation, le remblaiement, la pose et le raccordement.

Le prix de l’installation du système d’assainissement peut varier d’un prestataire à un autre. C’est la raison pour laquelle il est important de procéder par comparaison avant de faire le choix du professionnel. Pour vous faciliter la tâche, vous pouvez vous rendre sur le site officiel du SPANC et consulter les tarifs des différentes entreprises répertoriées dans son annuaire.

Des professionnels vous recontactent Gratuitement pour votre projet : 


Surface du terrain en m²

Surface du bâtiment en m²

Code postal

Vos informations

Saisir votre numéro de téléphone si vous voulez être rapidement contacté par des professionnels



* champs obligatoires

Comment réhabiliter son assainissement individuel ?

L’assainissement individuel ou non collectif est une obligation légale pour tous ceux dont les habitations ne se trouvent pas dans la zone d’assainissement collectif. A cause de l’importance de l’installation pour l’environnement, elle doit être soumise à différents types de contrôle afin de juger sa conformité aux normes en vigueur. Ces contrôles sont réalisés par le SPANC (service public d’assainissement non collectif), lesquels dressent un rapport de visite et fournissent aux propriétaires des instructions en ce qui concerne les travaux de réhabilitation en cas de non-conformité de l’ouvrage. C’est précisément de cela que nous allons vous parler dans cet article, c’est-à-dire les travaux de réhabilitation en matière d’assainissement non collectif.

De l’intérêt de réhabiliter son assainissement individuel

Comme nous l’avons évoqué plus haut, le SPANC, organisme de contrôle des assainissements collectifs, effectue un contrôle périodique de votre installation. A l’issue du contrôle, il livre un rapport dans lequel il met en évidence l’état général de l’ouvrage. Dans le cas où celui-ci est obsolète, le SPANC va rédiger un rapport de non-conformité et vous oblige par conséquent de réaliser des travaux de réhabilitation sur votre système d’assainissement.

 travaux de réhabilitation assainissement

Dans la plupart des cas, ce sont les vieilles fosses septiques avec épandage qui sont jugées non conformes aux normes en vigueur. Au cas où vous seriez obligé à réhabiliter votre installation, cette solution n’est donc plus recommandée. A la place, optez plutôt pour les filières agréées telles que la micro-station d’épuration ou encore le filtre compact. En plus d’être plus faciles à mettre en place, ces filières s’apprécient aussi pour leur compacité et leur facilité d’entretien. Toutefois, il est important de préciser ici que les filières agréées ont besoin d’électricité et plus particulièrement la micro-station d’épuration.

Enfin, pour réaliser les travaux de réhabilitation, vous devez nécessairement faire appel à des professionnels spécialistes. En effet, avant les travaux en question, il existe encore des études préalables à effectuer. La seule chose dont vous aurez à faire, c’est donc de trouver le bon prestataire avec qui traiter.

réhabiliter son assainissement individuel

Les aides financières pour les travaux de réhabilitation

Les travaux de réhabilitation coûtent chers et cela peut pousser certains à ne pas les réaliser. Afin d’éviter d’en arriver-là, l’Etat a donc mis en place des aides financières pour ce genre de travaux. Le but étant ici de réduire la facture des propriétaires et de leur permettre par conséquent de se mettre en règle.

Les aides sont nombreuses et elles proviennent principalement des agences, des collectivités et des services suivants : l’Anah (Agence nationale de l’habitat), les Caisses de retraite, la CAF, les Communes, les Agences de l’eau, la Direction générale des finances publiques, les Conseils départementaux et l’ADEME. Toutefois, tout le monde ne peut pas avoir droit à ces aides financières. Leur octroi est soumis à certaines conditions à respecter. Pour commencer, le propriétaire de l’habitation doit absolument être le maître d’ouvrage. Il choisit lui-même le dispositif à mettre en place. Cependant, ce choix doit prendre en compte les contraintes techniques liées au terrain et à l’usage du dispositif.

Le changement d’installation d’assainissement individuel

L’assainissement individuel ou non collectif est obligatoire pour tous ceux qui n’ont pas leur logement dans la zone d’assainissement collectif. Pour pouvoir évacuer les eaux usées et les traiter, ils doivent disposer de leur propre système d’assainissement. Toutefois, celui-ci doit absolument être conforme aux normes en vigueur. Dans le cas contraire, le SPANC (service public d’assainissement non collectif), qui en fera le contrôle, obligera le propriétaire à réaliser des travaux de réhabilitation et à changer d’installation. Dans cet article nous vous disons tout ce qu’il faut savoir sur le changement d’installation en matière d’assainissement individuel.

Pourquoi changer son installation d’assainissement individuel ?

Le changement d’installation d’assainissement non collectif peut intervenir dans deux types de cas. Le premier cas, comme nous l’avons évoqué précédemment, fait suite au contrôle réalisé par le SPANC et qui établit que l’installation existante n’est pas conforme aux normes. Dans ce cas-ci, le propriétaire est obligé de réaliser les travaux de réhabilitation conseillés par les agents du SPANC et mettre son installation en conformité.

installation d'assainissement individuel

Par ailleurs, il se peut aussi que l’on pense que son installation d’assainissement n’est pas performante et que l’on souhaite tout simplement la changer. Dans ce cas-ci, on n’a pas besoin de l’intervention du SPANC pour entamer les travaux. Il faudra tout simplement choisir son dispositif d’assainissement individuel et trouver des professionnels spécialistes pour faire les études et réaliser les travaux. Cependant, les agents du SPANC doivent toujours être appelés pour constater l’existence de l’ouvrage et aussi sa conformité.

Quel dispositif d’assainissement individuel choisir ?

Pour votre nouvelle installation d’assainissement individuel, vous avez le choix entre deux dispositifs : la filière traditionnelle et la filière agréée. Le premier se caractérise par la simple présence de fosse septique et épandage. Si cette filière est performante, elle n’est toutefois plus très utilisée de nos jours. Quitte à changer d’installation d’assainissement non collectif, mieux vaut donc s’orienter vers les filières agréées. Plus modernes, elles sont aussi plus performantes et ouvrent voie à de nombreux avantages en termes de compacité, de coût et de facilité d’installation, de facilité d’inspection et d’entretien et bien d’autres encore.

filtre compact

D’ailleurs, pour les filières agréées, vous avez le choix entre plusieurs dispositifs. Mais la micro-station d’épuration et le filtre compact demeurent les plus répandus. S’ils sont tous performants, la micro-station d’épuration présente néanmoins l’inconvénient de consommer d’électricité.

Le coût de changement d’installation d’assainissement individuel

Le coût de changement d’une installation d’assainissement individuel peut parfois être important. Toutefois, cela dépend des travaux à réaliser. Aussi, selon le cas, on peut obtenir des aides financières en ce qui concerne les travaux de réhabilitation. Il faut tout simplement remplir les critères requis (être propriétaire de l’ouvrage entre autres).

Par ailleurs, le coût total de changement d’installation d’assainissement individuel s’estime en moyenne à 10 000 €. La somme inclut le montant des travaux à réaliser ainsi que les divers frais de contrôle que l’on doit payer au SPANC. En effet, cet organisme de contrôle intervient deux fois en vérifiant la conformité de la nouvelle installation (un frais compris entre 80 à 200 €) et après son bon fonctionnement (entre 60 à 120 €).

Des professionnels vous recontactent Gratuitement pour votre projet : 


Surface du terrain en m²

Surface du bâtiment en m²

Code postal

Vos informations

Saisir votre numéro de téléphone si vous voulez être rapidement contacté par des professionnels



* champs obligatoires

Le contrôle des installations d’assainissement individuel

Votre construction ne se trouve pas dans la zone d’assainissement collectif ? Alors, vous devez absolument vous orienter vers l’assainissement individuel ou non collectif. En d’autres termes, vous devez concevoir vous-même votre propre installation d’assainissement pour la collecte et le traitement des eaux usées domestiques. Néanmoins, comme il s’agit d’une opération importante tout aussi bien pour vous que pour votre entourage, il est important de bien l’entreprendre. Et pour s’assurer que vous suivez bien les normes de conformité et d’entretien, un contrôle sera effectué sur votre installation. Retrouvez dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur le contrôle des installations d’assainissement individuel.

L’objet du contrôle des installations d’assainissement individuel

Si la disposition de sa propre installation d’assainissement est autorisée, il faudra néanmoins que celle-ci soit conforme aux réglementations en vigueur. En effet, les travaux d’assainissement sont régis par la loi et tout le monde à l’obligation de s’y conformer. L’objet du contrôle des  installations d’assainissement non collectif est donc avant tout la conformité de l’ouvrage. S’il est conforme, le propriétaire n’aura à craindre du contrôle. En revanche, si les installations ne sont pas conformes aux normes mises en place, le propriétaire doit réaliser les travaux nécessaires pour se mettre en règle. Dans le cas contraire, des sanctions pourraient être prises à son encontre.

contrôle des installations d’assainissement individuel

Les différents types de contrôle pour les installations d’assainissement individuel

Il existe 4 principaux types de contrôle d’assainissement non collectif :

  • Il y a tout d’abord le contrôle diagnostic. Comme son le laisse à deviner, ce contrôle vise à vérifier l’existence de l’installation dans l’immeuble. S’il y en a, on peut passer aux autres formes de contrôle. Dans le cas contraire, il faudra construire l’installation.
  • On a ensuite le contrôle de conception et d’implantation. Ce contrôle est nécessaire au cas où l’on aurait demandé des permis de construire ou d’une réhabilitation de l’installation d’assainissement.
  • Il existe aussi ce que l’on appelle contrôle de bonne exécution des ouvrages. Tel que son nom le laisse à deviner, ce contrôle intervient au moment de commencer les travaux de construction, mais aussi au cours.
  • Enfin, il y a le contrôle périodique. C’est un contrôle qui se fait régulièrement dans une certaine et qui vise à s’assurer du bon fonctionnement des installations d’assainissement collectif.

En fonction de l’état de votre installation, vous devez donc subir au moins l’un de ses 4 types de contrôle.

responsable du contrôle des installations d’assainissement individuel

L’organisme responsable du contrôle des installations d’assainissement individuel

La loi sur l’eau de 2006 impose aux communes l’obligation de contrôler les installations d’assainissement non collectif. Il se fait notamment par le biais d’un organisme spécifique appelé SPANC ou service public d’assainissement non collectif. Ses agents se rendent dans les immeubles se trouvant hors de la zone d’assainissement collectif et procède aux contrôles (différents en fonction des critères cités plus haut). A l’issue du contrôle, un rapport de visite est livré au propriétaire. Dans ce document, les agents du SPANC donnent leur évaluation de l’état de l’installation. Aussi, ils peuvent fournir des conseils et informations sur les travaux qu’il convient de réaliser afin de garder l’installation en bon état.

Des professionnels vous recontactent Gratuitement pour votre projet : 


Surface du terrain en m²

Surface du bâtiment en m²

Code postal

Vos informations

Saisir votre numéro de téléphone si vous voulez être rapidement contacté par des professionnels



* champs obligatoires

Les différentes étapes d’assainissement individuel

Si votre habitation ne se trouve pas dans la zone d’assainissement collectif, alors vous êtes obligé d’opter pour l’assainissement individuel ou non collectif. Dans ce cas-ci, vous devez vous faire fabriquer votre propre ouvrage d’assainissement et traiter vous-même vos eaux usées. Pour cela, il vous faut vous conformer aux normes en vigueur en matière de construction et d’entretien. Bien évidemment, vous devez faire appel à des professionnels qualifiés pour réaliser les divers travaux. Dans cet article, nous allons vous parler des différentes étapes qu’il convient de suivre lors de l’assainissement individuel. Elles sont au nombre de 3 au total et s’organise comme suit

Les différentes étapes d’assainissement individuel

Etape 1 : Le prétraitement

Pour ne pas polluer l’environnement et causer des maladies, les eaux usées doivent absolument être traitées. Pour l’assainissement collectif, c’est la collectivité qui se charge du traitement qui se déroule dans une station d’épuration. Mais qu’en est-il de l’assainissement individuel ?

Eh bien, ici, il faudra tout d’abord commencer par le prétraitement, lequel se fait par le biais d’une fosse septique (pour les anciens assainissements individuels) ou par une fosse toutes eaux. Le but de cette phase est notamment l’élimination des particules ainsi que des matières solides ou graisses qui se trouvent dans les eaux usées domestiques. C’est la fosse toutes eaux qui permet de les éliminer toutes et de permettre par conséquent de préparer les eaux à la seconde phase : le traitement.

étapes d’assainissement individuel

Etape 2 : Le traitement

Après le passage à la fosse toutes eaux, les eaux usées ne sont pas tout de suite propres. Elles doivent encore être traitées en se débarrassant notamment des autres pollutions qui ont pu passer. Pour ce faire, on se sert ici de micro-organismes que l’on peut trouver dans le sol ou encore dans un lit filtrant se composant de sable ou de zéolite. Il faudra donc procéder comme suit : on ajoute dans la fosse toutes eaux un dispositif de traitement réglementaire. Parmi les plus utilisés, on citera en particulier le filtre à sable, le lit d’épandage ou un filtre d’impact. Par ailleurs, il est bon de savoir qu’il est possible de procéder en même temps au prétraitement et au traitement. Il faudra tout simplement se servir de certains types particuliers de dispositifs tels que les micro-stations.

étapes d’assainissement individuel

Etape 3 : L’évacuation

Maintenant que les eaux ont été traitées, on peut passer à l’étape suivante : l’évacuation. Cette consiste notamment en la dispersion des eaux dans le sous-sol au niveau de la parcelle. Toutefois, cela n’est possible que si la perméabilité du sous-sol se trouve entre 10 et 500 mm/h. Sinon, on peut aussi réutiliser les eaux traitées pour l’irrigation souterraine des végétaux qui ne sont pas destinés à être consommés par des humains. Enfin, dans certains cas, on procède à l’évacuation par puits d’infiltration. Cependant, ici, il faudra avant tout réaliser une étude hydrogéologique et l’opération doit aussi avoir eu une autorisation préalable de la commune.

Bref, vous savez maintenant les différentes étapes qu’il convient de réaliser dans le cadre d’un assainissement individuel. Si vous désirez en réaliser un, vous savez désormais ce qu’il faudra faire.

Estimation gros oeuvre gratuite ci dessous :


Surface du terrain en m²

Surface du bâtiment en m²

Code postal

Vos informations

Saisir votre numéro de téléphone si vous voulez être rapidement contacté par des professionnels



* champs obligatoires

Quel choix assainissement individuel ? Nos conseils.

Les travaux d’assainissement est un indispensable pour tous types de construction. Chaque immeuble doit en effet être doté d’une installation, laquelle permet d’évacuer les eaux usées et de lutter par conséquent contre les insalubrités et les pollutions de tout genre. Normalement, toutes les habitations doivent être raccordées au réseau public d’assainissement collectif. Toutefois, il existe aussi des cas où les logements disposent de leur propre installation d’assainissement. C’est là qu’on parle d’assainissement individuel ou non collectif. Mais dans quels cas doit-on opter pour ce type particulier d’assainissement ? Quel choix assainissement individuel ? Nous allons donner une réponse à cette question dans cet article. Mais avant de se lancer, prenons tout d’abord le temps de définir ce qu’est exactement l’assainissement individuel.

choix assainissement individuel

Assainissement individuel : de quoi s’agit-il exactement ? Quel choix assainissement individuel ?

Pour commencer, l’assainissement fait partie des deux principaux types d’assainissement. Il s’agit donc de l’alternative à l’assainissement collectif, lequel suppose le raccordement de toutes installations d’assainissement au réseau public. Comme son nom le laisse clairement entendre, l’assainissement individuel ou non collectif est le type d’installation dans lequel l’habitation dispose elle-même de sa propre installation.

En d’autres termes, le propriétaire se charge lui-même de la collecte, du stockage et du traitement des eaux usées domestiques. Contrairement aux autres habitations, il ne dépend donc pas de la collectivité et se construit lui-même son ouvrage d’assainissement. Les travaux doivent néanmoins être réalisés par des spécialistes et doivent faire l’objet de plusieurs études préalables (terrain, sol, plan logement, etc.). Aussi, ils doivent être conformes aux normes en vigueur et font même l’objet d’un contrôle par la commune.

choisir l’assainissement individuel

Dans quels cas choisir l’assainissement individuel ?

Pour comprendre le choix de l’assainissement individuel, il faudra d’abord commencer par connaître ce qu’est le zonage d’assainissement. Il s’agit d’une mission confiée à la collectivité et qui lui permet de délimiter les zones d’assainissement collectif. Toutes les habitations se trouvant dans ces zones doivent donc être raccordées au réseau public d’assainissement. C’est la commune qui se charge de la collecte de leurs eaux usées domestiques et c’est aussi elle qui s’occupe de leur acheminement vers la station d’épuration où elles vont être traitées, nettoyées et remises dans leur milieu naturel.

En revanche, les logements qui se trouvent hors de cette zone doivent avoir leur propre installation d’assainissement. Comme nous l’avons déjà évoqué plus haut, les propriétaires devront faire appel à des professionnels pour leur construire un ouvrage d’assainissement conforme aux normes en vigueur. Dans le cas contraire, ils pourront se voir sanctionner et payer des amendes.

Par ailleurs, il se peut aussi que même si l’on se trouve dans la zone d’assainissement collectif, le raccordement au tout-à-l’égout est particulièrement difficile, voire impossible. Dans ce cas-ci, on doit aussi opter pour l’assainissement individuel et concevoir soi-même sa propre installation d’assainissement. Pour se renseigner à partir du zonage d’assainissement, il suffit de se rendre à la commune et le demander.

Bref, l’assainissement non collectif n’est pas vraiment un choix en soi. Il s’agit plutôt d’une obligation face à une situation à laquelle on n’y peut rien. Et contrairement à ce que certains pourraient penser, avoir sa propre installation n’est pas aussi désavantageux que cela en a l’air. Il faudra tout simplement bien la concevoir et l’entretenir.

Des professionnels vous recontactent Gratuitement pour votre projet : 


Surface du terrain en m²

Surface du bâtiment en m²

Code postal

Vos informations

Saisir votre numéro de téléphone si vous voulez être rapidement contacté par des professionnels



* champs obligatoires