Archive

Category Archives for "Travaux extérieurs"

Travaux extérieurs, nos conseils et astuces dans notre guide complet

Les travaux extérieurs font partie des plus importants dans les travaux de construction, d’aménagement et de rénovation. Sous ce terme global se cache de nombreux autres petits travaux qui ont chacun un intérêt particulier. Afin de vous aider à les connaître et les appréhender, nous avons dressé pour vous une liste des travaux extérieurs à réaliser dans cet article.

Agrandissement – Extension

Vous avez besoin de plus d’espace chez vous ? Et bien, il y a bien une solution à cela : l’agrandissement – extension ! Cette opération vous permettra d’étendre les différentes pièces de votre habitat ainsi que les surfaces habitables. Bien entendu, il va falloir disposer d’un espace suffisant à l’extérieur. Aussi, il est nécessaire d’obtenir un permis de conduire auprès de la mairie. Concernant les travaux d’agrandissement ou d’extension, ils devront être réalisés par un professionnel qui prendra d’abord le temps de faire une étude préliminaire.

Voir notre rubrique agrandissement – extension

Assainissement

L’assainissement est essentiel pour garder un mode de vie sain et confortable. D’ailleurs, il est également obligatoire. Les travaux à faire seront tout simplement différents selon que votre habitat se trouve dans une zone d’assainissement collectif ou non. Quoi qu’il en soit, les travaux d’assainissement doivent toujours être confiés à des professionnels dans le domaine. Ils peuvent être à la fois complexes et chronophages.

Voir notre rubrique assainissement

Construction

La construction d’un bâtiment est une opération difficile à réaliser. Elle implique la réalisation de nombreux travaux qui relèvent exclusivement du domaine des professionnels du bâtiment. Avant de se lancer dans un tel projet, il est donc fortement recommandé de se rapprocher tout d’abord d’un spécialiste. Architecte, bureau d’études, constructeur, maître d’œuvre… il en existe beaucoup sur le marché. Il vous suffit de choisir celui dont l’offre vous convient.

Voir notre rubrique construction

Garage

La construction d’un bâtiment s’accompagne le plus souvent de la construction d’un garage. Parfois, celui-ci est intégré directement dans l’enceinte du bâtiment. Mais dans certains cas, il est construit à l’extérieur. Quoi qu’il en soit la construction d’un garage doit suivre des normes particulières. Il est donc évident que sa planification ainsi que les travaux de construction doivent être confiés à des professionnels spécialisés dans ce domaine.

Voir notre rubrique garage

Gros œuvre

Le gros œuvre implique toujours des travaux importants et un budget conséquent. La réalisation de ceux-ci doit être confiée à des professionnels du bâtiment. Eux seuls disposent des compétences et outils nécessaires pour s’acquitter d’une telle tâche. Bien entendu, ils sont nombreux sur le marché et le choix peut être difficile. Mais pour tous travaux de ce genre, il est toujours conseillé de demander un devis afin de faire une comparaison.

Voir notre rubrique gros oeuvre

Façade

La façade est une partie importante dans un bâtiment. Que ce soit pour sa construction, sa rénovation ou sa démolition, le recours un professionnel est requis. Ce genre de travaux exige en effet la possession de compétences pointues en bâtiment, mais la disposition de matériels de construction spécifiques.

Voir notre rubrique façade

Jardin

Vous aimeriez construire un jardin dans lequel vous pouvez vous délasser et profiter du beau temps ? C’est une excellente idée ! Si vous disposez d’un espace suffisant, vous pouvez avoir le choix entre une large gamme de jardins. La seule chose que vous aurez à faire, c’est de trouver un jardinier paysagiste pour lui exposer vos idées. Il se chargera par la suite de sa concrétisation.

Voir notre rubrique jardin

Maçonnerie

Les travaux de maçonnerie sont divers. Ils interviennent surtout dans la construction d’une maison et évoquent une importance capitale. C’est la raison pour laquelle il est fortement recommandé de trouver un maçon compétent pour la construction de ses fondations ou encore de ses murs. Les prestataires sont très nombreux, mais il va falloir faire le bon choix pour pouvoir profiter d’un ouvrage de qualité.

Voir notre rubrique maçonnerie

Mur

Le mur fait partie intégrante d’un bâtiment. Il contribue non seulement à garantir sa stabilité, mais sert également à le décorer. Les options sont nombreuses dans ce cas-ci. Le mur peut être réalisé en différents matériaux et avoir des finitions variées. Le choix ne relève pas uniquement d’un critère esthétique ou de goût. Des aspects techniques de la construction doivent également être pris en compte. C’est la raison pour laquelle des travaux de ce genre exigent le recours à un professionnel.

Voir notre rubrique mur

Piscine

La piscine permet de se détendre et de développer son corps. Si vous aimeriez en construire une, vous devez faire appel à un professionnel pour la réalisation des travaux. Il en est de même pour l’entretien et la mise en service. Ce sont tous des domaines auxquels des compétences particulières sont exigées.

Voir notre rubrique piscine

Sols Extérieurs

Habiller ses sols extérieurs peut être un excellent moyen pour les protéger et les embellir. Les solutions ne manquent à ce sujet ! Goudronnage, carrelage, sol en résine… vous pouvez choisir entre une grande variété de modèles en fonction de vos goûts, besoins et budget. Néanmoins, l’assistance d’un professionnel est toujours souhaitable pour un ouvrage en respect des normes.

Voir notre rubrique sols extérieurs

Toiture – Charpente

La toiture – charpente fait partie des travaux extérieurs les plus importants dans une construction. Elle permet notamment de couvrir et soutenir les constructions. Ici, le choix est large en ce qui concerne le matériau et aussi la forme. Il vous suffit de choisir le modèle qui vous plait en fonction de vos besoins et de votre budget. Cela dit, il faudra faire appel à un professionnel pour en apprécier la faisabilité et réaliser les travaux y afférents.

Voir notre rubrique toiture – charpente

Terrassement – Viabilisation

Vous aimeriez construire une piscine ou raccorder votre habitation au réseau électrique et sanitaire ? Vous devez faire un terrassement – viabilisation pour cela ! Il s’agit de travaux très réglementés et qui nécessitent souvent l’obtention d’autorisations administratives. Sinon, vu la complexité des travaux à faire, le recours à un professionnel qualifié est de mise.

Voir notre rubrique terrassement – viabilisation

Terrasse

La terrasse joue un rôle important dans une habitation. En plus de sa fonction décorative, elle contribue également au confort des habitants de la maison. Bien entendu, son choix ainsi que sa construction ne doivent pas donc être pris à la légère. Dans toutes les phases de décision, l’avis d’un professionnel est toujours nécessaire. Cela vous garantira une terrasse de qualité, répondant à toutes vos attentes.

Voir notre rubrique terrasse

Véranda – Pergola

Envie d’avoir un espace de vie supplémentaire ? La véranda – pergola est ce qu’il vous faut ! L’une et l’autre vous permettent toutes d’avoir une autre pièce de vie dans laquelle vous pouvez vous détendre et se protéger du soleil. Les possibilités de configuration sont nombreuses et vous n’avez qu’à exposer votre projet auprès du professionnel qui se chargera de l’étude de faisabilité et de la réalisation des travaux.

Voir notre rubrique véranda – pergola

Un raccordement pour un assainissement collectif, les obligations

Vous vous trouvez dans une zone d’assainissement collectif ? Et bien, vous devez savoir qu’il de votre devoir de raccorder votre habitation au réseau d’assainissement. Il s’agit d’une obligation à laquelle tout le monde doit se conformer sous peine de se voir sanctionner. Toutefois, la loi prévoit des exceptions pour certains immeubles. Découvrez tout ce qu’il faut savoir à ce sujet dans les paragraphes qui suivent.

De l’obligation de raccordement

L’article L1331-1 du Code de la Santé Publique oblige toutes les habitations situées en zone d’assainissement collectif à se raccorder aux égouts publics. Cela concerne uniquement les eaux usées domestiques. Pour ce qui est des eaux pluviales, les collectivités ont la possibilité de mettre en place elles-mêmes des règles de raccordement pour les deux types d’eaux. Plus encore, ils ont le droit d’obliger les propriétaires à faire le raccordement à un réseau pluvial si elles viennent d’en créer un.

raccordement-assainissement-collectif

Dispense de raccordement : qui sont concernés ?

Si tous les immeubles doivent tous se raccorder au réseau d’assainissement, il existe néanmoins des exceptions pour certains. En effet, quelques catégories d’immeubles ne sont pas soumises à l’obligation de raccordement. On parle notamment ici des immeubles non desservis par le réseau. Tel est par exemple le cas quand aucune voie publique ne donne accès aux zones où se trouvent les immeubles.

canalisation immeuble

En outre, des immeubles peuvent également ne pas se raccorder au réseau d’assainissement au cas où il y aurait des difficultés impossibles à surmonter. Dans ce cas-ci, les immeubles en question doivent se doter de leur propre ouvrage d’assainissement. Néanmoins, celui-ci doit se conformer aux règles imposées par les collectivités.

Enfin, sont aussi dispensés de raccordement les immeubles en très mauvais état au point que le raccordement devient inutile. Tel est par exemple cas pour les immeubles en ruine. Il en est de même pour les immeubles jugés insalubres ou qui ont fait l’objet d’un arrêté de péril.

Frais et délai de raccordement

Si un nouveau réseau d’assainissement collectif vient d’être construit dans votre ville, vous avez un délai de 2 ans pour vous raccorder. Toutefois, si votre habitation est en place depuis plus de 10 ans et que vous disposez déjà chez vous d’un ouvrage d’assainissement privé, vous avez droit à un délai d’au maximum 10 ans pour vous raccorder au nouveau réseau public. Il en est de même pour les non imposables. S’ils ne peuvent pas se raccorder dans les délais impartis à cause de leur situation financière, ils bénéficient du délai de 10 ans au maximum pour le faire.

Par ailleurs, en ce qui concerne les frais de raccordement, ils sont en partie payés par les usages et en partie par les collectivités. En principe, c’est vous qui êtes en charge du paiement des travaux allant de votre maison à la clôture. La commune prendra ensuite le relais en réglant les travaux allant de la clôture au réseau d’assainissement collectif.

Contrôle des travaux de raccordement

Comme évoqué plus haut, le raccordement au réseau public d’assainissement est obligatoire (sauf pour les exceptions que nous avons énumérées). Bien évidemment, il existe donc des organismes qui s’occupent du respect de cette obligation. Ici, ce sont les communes qui se chargent de cette tâche. Elles contrôlent non seulement la conformité de la partie privée (c’est-à-dire vos dispositifs d’assainissement), mais aussi les ouvrages incorporés au réseau public.

Des professionnels vous recontactent Gratuitement pour votre projet : 


Surface du terrain en m²

Surface du bâtiment en m²

Code postal

Vos informations

Saisir votre numéro de téléphone si vous voulez être rapidement contacté par des professionnels



* champs obligatoires

Les obligations des collectivités en matière d’assainissement collectif

L’assainissement est une étape essentielle dans tous travaux de construction. Il consiste notamment en l’évacuation des eaux usées et des eaux pluviales. Il existe deux principaux types d’assainissement selon le mode d’évacuation des eaux : l’assainissement collectif et l’assainissement individuel ou non-collectif. Pour le cas particulier de l’assainissement collectif, les usagers et la collectivité sont liés par des obligations réciproques. Dans cet article, nous allons nous intéresser plus particulièrement aux obligations des collectivités vis-à-vis des usagers.

Ce que dit les textes réglementaires sur les obligations des collectivités assainissement-collectif

L’assainissement collectif est régi par plusieurs textes réglementaires. Sur le plan international, c’est la directive européenne du 21 mai 1991 relative au traitement des eaux résiduaires urbaines qui regroupe les règles régissant ce type particulier d’assainissement. Il s’agit même du document fondateur sur lequel s’appuient tous les éléments concernant l’assainissement collectif. En France, c’est également sur ce texte que l’on se base après notamment sa codification dans le Code Général des Collectivités Territoriales. Cependant, ces règles ont été ensuite complétées ultérieurement par l’arrête ministériel du 21 juillet 2015. Celui-ci rassemble les différentes règles applicables au recueil et au traitement des eaux usées.

obligations des collectivites assainissement collectif

Les obligations des collectivités assainissement collectif

Par rapport aux différents textes que nous avons cités plus haut, les collectivités doivent s’acquitter de certaines obligations vis-à-vis des usagers. Parmi les plus importantes, on citera en particulier les suivantes :

Le zonage d’assainissement

Tout le monde n’a pas le droit de bénéficier de l’assainissement collectif. En effet, il existe certaines zones où la collecte et le traitement des eaux usées sont laissés aux propriétaires des habitations eux-mêmes. L’obligation première des collectivités est donc de faire le zonage d’assainissement. Il s’agit de la délimitation des zones d’assainissement collectif, c’est-à-dire les zones c’est la collectivité qui se charge de la collecte, du stockage et du traitement des eaux usées.

 zonage d’assainissement

Par la délimitation des zones d’assainissement collectif, la collectivité procède aussi à la délimitation des zones d’assainissement non collectif. Dans ces zones, elle réalise tout simplement le contrôle des installations et aussi leur entretien. Enfin, il incombe également aux collectivités de définir les zones dans lesquelles il convient de prendre des mesures en vue de maîtriser les eaux pluviales.

La collecte et le traitement des eaux usées

Outre la délimitation des diverses zones d’assainissement, les collectivités sont aussi chargées de collecter et traiter les eaux usées. Bien évidemment, elles doivent donc disposer d’un espace spécialement aménagé et d’un ouvrage d’assainissement collectif. Dans leur mission, les collectivités doivent s’assurer de collecter toutes les eaux usées des habitations se trouvant dans la zone d’assainissement collectif. Elles doivent ensuite les acheminer vers la station d’épuration afin que ces eaux puissent être traitées et retourner vers leur milieu naturel.

zone d’assainissement collectif

La collectivité doit donc mettre en place tous les dispositifs nécessaires pour réaliser cette mission. Il lui incombe également de définir le mode d’assainissement collectif ou non collectif pour le cas particulier des communes qui comptent moins de 2000 habitants ou celles qui ne disposent pas d’un réseau de collecte des eaux usées.

Des professionnels vous recontactent Gratuitement pour votre projet : 


Surface du terrain en m²

Surface du bâtiment en m²

Code postal

Vos informations

Saisir votre numéro de téléphone si vous voulez être rapidement contacté par des professionnels



* champs obligatoires

Assainissement collectif : de quoi s’agit-il exactement ?

Les travaux d’assainissement sont des éléments essentiels dans tous types de construction. Il s’agit notamment de l’opération relative à l’évacuation des eaux usées et de eaux pluviales. Pour le cas particulier des eaux usées, en distingue deux principaux types d’assainissement selon le mode d’évacuation : un assainissement collectif et un assainissement individuel ou non-collectif. Dans cet article, nous allons vous parler plus particulièrement de l’assainissement collectif et de ses caractéristiques.

Assainissement collectif : de quoi s’agit-il exactement ?

Comme son nom le laisse à deviner, l’assainissement collectif est un système d’évacuation des eaux qui rassemble plusieus maisons et/ou immeubles. Dans la pratique, il se compose de grandes canalisations dans lesquelles on va collecter les eaux usées. Celles-ci vont ensuite être envoyées dans une station d’épuration pour qu’on puisse les traiter et les nettoyer. En d’autres termes, dans l’assainissement collectif, les habitations ne se chargent pas du traitement des eaux usées. Une fois que celles-cis sont recueillies par le réseau public d’assainissement, il se charge lui-même de les traiter dans un centre dédié.

Durant le traitement, afin que les éléments nocifs ne puissent pas impater l’environnement, on sépare les polluants des eaux. Ils seront ensuite conditionnés en boues avant d’être éliminés. Pour ce qui est des eauxtraitées (donc propres), elles sont restituées au milieu naturel.

Assainissement collectif

Il est bon de préciser ici que si vous désirez savoir si vous êtes éligible à l’assainissement collectif, il faudra se référer aux zonage d’assainissement. Ce document retrace les zones où les habitations peuvent bénéficier de l’assainissement collectif et celles qui sont obligées de recourir à un  système d’assainissement privé. Il est disponible à la mairie de votre ville.

Les différents types de réseau d’assainissement collectif

On distingue deux principaux types de réseau d’ assainissement collectif : le réseau unitaire et le réseau séparatif. On parle de réseau d’assainissement collectif unitaire quand l’évacuation des eaux usées et des eaux pluviales se fait à travers le même réseau. A l’inverse, le réseau séparatif est celui dans lequel les deux eaux sont évacuées séparément. Que ce soit dans l’un ou l’autre des deux types d’assainissement collectif, les eaux sont toujours acheminées vers une station d’épuration dans laquelle elles vont être traitées.

types de réseau d’assainissement collectif

Dans certains cas, les réseaux unitaires sont de petites dimensions au point qu’ils n’arrivent pas à contenir les eaux, surtout en période pluviale. Pour y faire face, le propriétaire met en place des bassins de retenue de pollution. Ceux-ci sont utilisés pour le stockage temporaire des eaux. Et quand la quantité d’eau diminue, il ne reste plus qu’à vidanger le bassin afin que les eaux puissent s’acheminer vers le réseau.

Les obligations inhérentes à un assainissement collectif

Pour les obligations des collectivités en matière d’assainissement collectif, comme il n’est pas privé, la liaison à un réseau d’assainissement collectif soumet les usagers à certaines obligations :

  • Pour commencer, ils doivent faire le raccordement au tout-à-l’égout s’ils se trouvent dans une zone où l’assainissement collectif est possible. Ce raccordement est obligatoire et s’il n’est pas réalisé dans les délais impartis, les contrevenants peuvent se voir sanctionner par une amende.
  • Ensuite, une fois que le raccordement est en place et qu’il est utilisé, l’usager doit s’acquitter de ce qu’on appelle la redevance d’assainissement. Le montant de celle-ci est généralement fixé par la ville. Mais à défaut, c’est l’établissement public de coopération intercommunale (EPCI) qui décide du montant.
  • Enfin, comme le réseau d’assainissement collectif est utilisé par de nombreuses habitations, il est important de respecter certaines règles en ce qui concerne son utilisation. Il est par exemple interdit d’y jeter certains produits. On parle notamment ici de certains produits dangereux pour le personnel d’entretien, des produits tels que l’acide, les solvants, les médicaments, etc. L’interdiction s’étend aussi aux produits liés à une activité professionnelle exercée dans un logement privé. Le non-respect de ces règles peut ouvrir voie à des sanctions.

réseau d’assainissement

A qui appartiennent les réseaux d’assainissement collectif ?

Le réseau d’assainissement collectif peut appartenir à différentes catégories de personnes morales en fonction des territoires dans lesquels il se trouve. Il peut par exemple appartenir à des collectivités.

Toutefois, dans la plupart des cas, le réseau appartient à la commune et l’EPCI (établissement public de coopération intercommunale) qui le gère ensemble. Dans la pratique, c’est l’EPCI qui se charge de la gestion des eaux usées. Celle des eaux pluviales est quant à elle réservée à la commune.

canalisation

Par ailleurs, il existe aussi des cas où la gestion opérationnelle des réseaux est confiée à un fermier. On l’appelle ainsi parce qu’il a obtenu la fonction par le biais d’un contrat d’affermage. Pour tous ceux qui ne le savent pas, il s’agit d’un contrat dans lequel la gestion et l’exploitation d’une activité sont déléguées à une entreprise privée. Dans ce cas-ci, c’est le fermier qui se charge de la collecte de la redevance d’assainissement. Il verse ensuite une partie des redevances au propriétaire réel du réseau.

Des professionnels vous recontactent Gratuitement pour votre projet : 


Surface du terrain en m²

Surface du bâtiment en m²

Code postal

Vos informations

Saisir votre numéro de téléphone si vous voulez être rapidement contacté par des professionnels



* champs obligatoires

Les travaux d’assainissement, de quoi s’agit il ? Que regarder ?

Pour la construction de votre nouvelle maison, certains travaux d’assainissement sont à prévoir. En effet, une fois qu’elle sera entièrement construite et que vous l’habiterez, vous aurez bien besoin de dispositifs spécifiques pour l’évacuation des eaux usées et des eaux pluviales. En plus de vous rendre la vie plus confortable, l’assainissement apporte également l’hygiène dans votre foyer. D’ailleurs, aujourd’hui, les travaux d’assainissement sont obligatoires et réglementés. Si vous désirez en savoir plus à ce sujet, les paragraphes qui composent qui composent le présent article vous seront d’une grande aide.

L’assainissement, de quoi s’agit-il exactement ?

Comme nous l’avons évoqué plus haut, l’assainissement a pour objet principal l’évacuation des eaux usées et des eaux pluviales. Les travaux y relatifs concernent donc avant tout la mise en place des dispositifs nécessaires à cette évacuation. Ils font partie des étapes constitutives des travaux de construction et doivent être réalisés par des professionnels spécialistes.

Il est bon de savoir que les travaux d’assainissement doivent répondre à des exigences sanitaires et environnementales. Ils sont fortement réglementés et s’inscrivent même dans la politique de développement de la protection de l’environnement. Bien évidemment, la réalisation des travaux d’assainissement doit donc être contrôlée par l’autorité publique (les autorités communautaires plus précisément.

Dans la plupart des pays européens, les travaux relatifs à l’assainissement sont encadrés par des textes spécifiques. Pour le cas particulier de la France, ils sont régis par les dispositions de la loi sur l’eau et les milieux aquatiques de 2006, la loi Grenelle I de 2009 et la loi Grenelle II. Le code de la santé publique et le code général des collectivités territoriales en font également mention. Tout cela pour dire à quel point ces travaux sont importants et pourquoi il convient de bien les entreprendre.

travaux d'assainissement

Les eaux concernées par l’assainissement

Tel que nous l’avons déjà dit plus haut, les travaux d’assainissement concernent tout aussi bien l’évacuation des eaux usées que des eaux pluviales. Pour ce qui est des premières, elles concernent toutes les eaux que l’on utilise au quotidien dans sa maison. On parle notamment ici des eaux de toilettes que l’on appelle aussi eaux vannes et des eaux grises, lesquelles sont constituées par les eaux sortant des lavabos, de la cuisine, de la douche, du lave-linge, etc. Comme vous le savez déjà probablement, les eaux usées sont dangereuses pour la santé, à cause notamment des divers éléments pathogènes qu’elles contiennent. C’est la raison pour laquelle il est important de les traiter et de les nettoyer avant de les rejeter à l’extérieur. Les travaux d’assainissement ont un rôle majeur à jouer dans ce domaine. Ils se chargeront de mettre en place les dispositifs nécessaires pour que l’évacuation se fasse dans les meilleures conditions et pour cela n’ait aucun impact sur environnement.

En ce qui concerne les eaux pluviales, elles se composent essentiellement des eaux de toitures et les eaux de ruissellement. Elles ne sont pas vraiment dangereuses et doivent par conséquent faire l’objet de traitement indépendant.raccord canalisation

Les différents types d’assainissement

On distingue deux principaux types d’assainissement en fonction du mode d’évacuation des eaux usées : l’assainissement collectif et l’assainissement individuel ou non-collectif. Toutefois, il existe également un troisième que l’on n’utilise pas fréquemment, mais qui mérite quand même d’être décrit ici. On parle notamment ici de l’assainissement semi-collectif. Analysons-les plus en détail dans les paragraphes qui suivent.

L’assainissement collectif

Comme son nom le laisse clairement entendre, ce type d’assainissement implique un traitement collectif des eaux usées. Que ce soit pour une maison ou pour un immeuble, ces dernières sont recueillies par le réseau public d’assainissement. Chaque logement ne dispose pas donc de son propre dispositif de traitement et de nettoyage des eaux usées. Cette mission est confiée  un organisme public spécial. En effet, une fois collectées, les eaux usées vont être acheminées vers une station d’épuration. C’est là qu’elles devront faire l’objet de traitement.

Pour permettre l’évacuation des eaux usées suivant ce schéma, on doit mettre en place ce que l’on appelle un raccordement au tout à l’égout. Il s’agit de travaux complexes que seuls des professionnels qualifiés sont habilités à réaliser. Si vous désirez opter pour l’assainissement collectif, la seule charge qui vous incombe est donc le paiement de la redevance assainissement. Le montant de celle-ci peut être différent d’une ville ou d’une région à une autre et il est fixé par l’EPCI ou établissement public de coopération intercommunale.

professionnel travaux d'assainissement

L’assainissement individuel ou non-collectif

Si l’on se trouve dans une zone où il n’y a pas d’assainissement collectif, on est obligé d’opter pour un assainissement individuel. Dans ce cas-ci, on doit mettre en place des dispositifs qui nous permet de traiter nous-mêmes les eaux usées. Auparavant, le traitement se faisait par fosse septique. Mais aujourd’hui, l’assainissement non-collectif ou individuel se fait par fosse toutes eaux.

Pour ce type d’assainissement, une étude du sol doit être réalisée avant de mettre en place l’installation. Cette étude permettra notamment de connaître la nature du sol et de choisir par conséquent les dispositifs d’assainissement adaptés. A noter que les travaux d’assainissement en question doivent être réalisés par des professionnels et ils doivent être contrôlés par le SPANC ou service public d’assainissement non collectif. Le contrôle vise notamment à vérifier la conformité des dispositifs et à assurer le bon fonctionnement de la filière en place.

Pour tous ceux qui sont obligés de choisir l’assainissement individuel, ils sont tenus d’entretenir les dispositifs et de s’assurer qu’ils sont fiables.

plan 3d travaux d'assainissement

L’assainissement semi-collectif

Ce type particulier d’assainissement consiste en un réseau d’assainissement qui recueille les eaux usées de quelques habitations afin de les acheminer vers un centre d’épuration de type lagunage ou bambou. Comme nous l’avons déjà dit plus haut, l’assainissement semi-collectif est encore très peu utilisé en France.

Cadre légal des travaux d’assainissement

Le cadre légal régissant les travaux d’assainissement concerne surtout le zonage d’assainissement et le diagnostic d’assainissement. Le premier s’intéresse à la répartition des habitations qui doivent opter pour le raccordement tout à l’égout et celles qui devront opter pour un assainissement individuel. En ce qui concerne le diagnostic d’assainissement, il consiste en la vérification de la conformité des installations aux normes en vigueur. Il intervient surtout au moment où lm’on souhaite revendre la maison.

Pour aller plus loin :

Des professionnels vous recontactent Gratuitement pour votre projet : 


Surface du terrain en m²

Surface du bâtiment en m²

Code postal

Vos informations

Saisir votre numéro de téléphone si vous voulez être rapidement contacté par des professionnels



* champs obligatoires

Prix de pose IPN : les éléments à connaitre pour vos travaux

Lors de certains travaux de construction et de rénovation comme la création d’une porte, l’ouverture de la cuisine sur le salon ou encore la suppression d’une partie d’un mur porteur, on peut être amené parfois à ouvrir un mur porteur. C’est une opération délicate qui doit être menée avec beaucoup de précautions. En effet, comme son nom l’indique, le mur porteur supporte l’ensemble de votre maison, les murs de l’étage en dessus ainsi que la toiture. Il assure la stabilité et la solidité de la maison. Il convient alors de trouver une solution pour remplacer le mur porteur. Les professionnels du bâtiment utilisent souvent de la poutre IPN pour ce faire. Voici quelques indications qui vous aideront y voir plus clair pour votre pose IPN.

Combien coûte une poutre IPN ? Quel est le prix de pose ipn ?

Voici quelques indications qui vous aideront à estimer le coût de l’installation d’une poutre IPN.

Une poutre IPN, c’est quoi ?

La poutre IPN est un profilé utilisé dans le secteur du bâtiment pour supporter de lourdes charges, le plus souvent pour remplacer un mur porteur. Le terme IPN fait référence à « profilé en I à Profil Normal ». Cela signifie que ce type de poutre est normalisé et est en forme de I. Les lettres PN correspondent à la forme des ailes. Le profilé est plus épais en son centre que sur les bords. C’est ce qui le différencie d’un IPE. Les poutres IPN peuvent être utilisées verticalement (poteaux) ou horizontalement (poutres). On les utilise le plus souvent pour renforcer ou soutenir certains supports comme le mur porteur, le plafond ou le plancher pendant les travaux de construction ou de rénovation. Ils peuvent également servir pour ouvrir un mur. Dans ce cas, ils ont pour fonction de maintenir la structure de la maison et la protéger des risques d’effondrement.

Plusieurs modèles de poutres IPN sont disponibles sur le marché : en acier, en aluminium, en fer, en bois, en verre… Certains modèles de poutres IPN comme les poutres IPN en bois ou en verre sont plus utilisées pour leur aspect décoratif que fonctionnel. Les poutres IPN sont caractérisées par leur hauteur et leur largeur. Leur hauteur est normalisée. Elle varie de 80 à 600mm. Voilà pourquoi on parle de poutres IPN 80, IPN 100, IPN 200… sur le marché. Quant à la largeur, celle-ci est égale à la moitié de la hauteur.

La difficulté de la pose d’un IPN

La pose d’une poutre IPN est une opération délicate qui nécessite des compétences techniques accrues. Ces travaux ne relèvent plus du domaine du bricolage. Il s’agit réellement de travaux spécialisés qui nécessitent le recours à des entreprises qualifiées. La pose en elle-même n’est pas complexe puisqu’il suffit de poser les poutres sur des piliers ou dans les ouvertures créées dans les murs et tout sceller avec du mortier ou du produit de scellement chimique. Il faut toutefois faire attention, car une erreur pendant la pose pourrait entraîner l’effondrement de la poutre.

C’est la partie technique qui précède la pose qui est complexe. En effet, il faut faire des calculs précis pour que les poutres puissent supporter un poids important. La moindre erreur pourrait être fatale, car c’est vraiment la solidité de la maison qui est en jeu. Il ne faut pas non plus oublier que ces profilés sont généralement très lourds. Leur manipulation requiert une aide mécanique spécifique.

ipn tarif

Les facteurs qui influencent le prix d’une poutre IPN

Avant de procéder à l’achat d’une poutre IPN, il est important de définir au préalable vos besoins en fonction des travaux que vous vous apprêtez à faire. Il vous reste ensuite à choisir la poutre IPN la plus adaptée à votre maison. Le prix d’un IPN varie en fonction d’un certain nombre de facteurs dont les dimensions et l’épaisseur de la section. Ces données définissent la charge maximale pouvant être supportée par la poutre. Ensuite, il y a aussi la densité linéique de la poutre, sa capacité portante, son poids et le matériau à partir duquel elle est fabriquée. Le prix poutre IPN peut varier selon qu’elle soit en bois, en acier ou en verre.

Prix d’une poutre IPN par matériau

Le matériau de fabrication influe grandement le prix d’un IPN. En moyenne, il faut compter au minimum entre 8€ et plus de 300€ par mètre linéaire pour acheter un IPN. Les prix des poutres IPN métalliques, en particulier, sont très variables selon le cours des métaux.

Prix d’un IPN en acier

Les poutres IPN en acier sont les plus utilisées dans le domaine du bâtiment. Elles séduisent autant les particuliers que les professionnels pour leurs nombreux avantages dont leur longévité, leur forte capacité portante et leur résistance. Elles peuvent supporter des charges très importantes. On retrouve aussi de plus en plus ces profilés dans les logements avec un style de décoration industriel comme les lofts où ils restent apparents. Le seul inconvénient de l’IPN acier est qu’il est fragile face à la corrosion. Les prix d’un IPN acier sont très variables. Ils démarrent à partir de 10€ par mètre linéaire et peuvent aller jusqu’à 800€. Les prix sont dégressifs en fonction de la section et de la longueur.

travaux ipn

Prix d’un IPN galvanisé

Les poutres IPN galvanisé sont des poutres en acier traitées contre la rouille. Ainsi, elles disposent des mêmes propriétés que l’IPN acier, mais résistent à la corrosion. Si les travaux que vous réalisez nécessitent de poser des IPN qui ne corrodent pas, l’IPN galvanisé est un excellent choix. Le revers de la médaille est qu’il coûte plus cher que l’IPN acier classique. Il faut compter au minimum 100€ le mètre linéaire pour le coût d’une poutre IPN galvanisée. Celui-ci peut même aller au-delà des 1 000€ par mètre linéaire pour des dimensions plus grandes.

Prix d’un IPN en fer

Les poutres IPN en fer sont les moins chères du marché alors qu’elles offrent des caractéristiques très proches de l’IPN acier. Le prix au mètre linéaire d’un IPN 80 en fer démarre à partir de 15€ et 55€ pour l’IPN 200. Ces tarifs sont soumis à des fluctuations en fonction du cours du fer.

Prix des IPN spéciaux : alu, inox et verre

Récemment, de nouveaux modèles d’IPN spéciaux ont fait leur apparition sur le marché. Il s’agit entre autres de l’IPN en alu, de l’IPN en inox et de l’IPN en verre. L’IPN aluminium est considéré comme étant plus léger, mais aussi solide que son homologue en acier. De ce fait, il est beaucoup plus facile à manier. Son prix reste néanmoins plus élevé que la poutre en acier et varie fortement d’un fournisseur à l’autre. Le prix de départ est de 100€ par mètre linéaire.

Alliant design et soutien, l’IPN en verre est une poutre transparente très prisée en architecture. Il laisse passer la lumière et est en mesure de supporter de grandes charges. Ce type de poutre est encore très peu présent sur le marché à cause de son prix très élevé. Il faut prévoir au minimum 200€ par mètre linéaire.

prix pose ipn

Enfin, les poutres IPN en inox partagent les mêmes caractéristiques que celles en fer et en acier. Elles sont encore très peu connues, car elles sont rares. Pour connaître le prix d’une installation de pose IPN inox, il vous faudra donc trouver un revendeur qui en propose.

Vidéo explicative d’une pose d’un IPN et tarif associé par un professionnel

Très prisées pour leur aspect chaleureux, les poutres IPN en bois ont l’avantage de s’intégrer harmonieusement dans les constructions en bois. Elles servent notamment à soutenir les toitures et les planchers ou encore pour réaliser des ouvertures dans les murs. Si elles sont accessibles financièrement, elles ne sont pas aussi solides que les poutres métalliques. Leur capacité portante est inférieure. Le prix d’un IPN en bois est compris entre 6€ et 18€ le mètre linéaire. Comme pour les autres types de poutre IPN, le prix varie en fonction de la section de la poutre ainsi que l’application ou non d’un traitement ou d’une protection.

Qu’elles soient en bois, en acier, en verre ou en fer, l’installation des poutres IPN est un travail complexe. A cause de leur poids, leur maniement est relativement difficile. De plus, la qualité de la pose impacte le maintien de l’ouvrage et la sécurité des occupants. Pour toutes ces raisons, le recours à un professionnel est incontournable. Cet expert pourra également vous aider à choisir l’IPN le plus adapté à vos besoins. Le tarif de pose pour un IPN varie d’un artisan à l’autre. Il dépend du matériau de fabrication et de la complexité du chantier. Pour vous donner une idée, le prix moyen est de 50€ l’heure. Pour avoir une estimation précise, n’hésitez pas à demander un devis d’installation IPN sur notre site en remplissant tout simplement le formulaire dédié.

Vidéo explicative :

Prix de pose d’une terrasse en bois : les informations utiles

Appréciez-vous les petites siestes sur une terrasse nichée dans la verdure ? Pourquoi s’en priver ? Il est loin le temps où l’aménagement d’une terrasse n’est réservé exclusivement qu’aux établissements de luxe. C’est devenu à la portée de tous. Beaucoup de personnes prévoient aujourd’hui dans leurs budgets d’installer une terrasse dans leurs jardins. La terrasse devient une pièce à vivre de plus en plus convoitée. C’est le meilleur moyen de profiter des belles journées ensoleillées et de se rassembler pendant les longues nuits d’été. Aménager une terrasse à l’extérieur permet également de gagner un espace de vie supplémentaire. Cet aménagement permet d’agrandir la maison sans faire de gros travaux et sans dépenser une grosse somme. Béton, pierre naturelle, céramique, bois… Il existe différents types de matériaux dont chacun possède un caractère particulier. Il est donc essentiel de bien se renseigner afin de choisir celui qui correspond le mieux à vos besoins et à votre budget.

Choisir le bois pour votre terrasse extérieure

Il y a toujours un débat concernant la supériorité du matériau à utiliser pour la fabrication d’une terrasse. Vous souhaitez s’aérer et profiter en même temps de la douceur des rayons de soleil à la belle saison ?

Le bois est la matière idéale pour votre terrasse extérieure, car il présente de nombreux avantage. Outre son élégance, ce type de matériau se démarque par sa durabilité, sa facilité d’entretien et son prix abordable. Les terrasses en bois sont de plus en plus plébiscitées pour l’ambiance à la fois naturelle et exotique qu’elles créent. Tout comme votre intérieur, grâce au bois, vous pouvez personnaliser à votre guise votre terrasse. De cette façon, vous êtes sûr de créer un espace de détente et de relaxation adapté aux différents décors et emplacements : jardins, bordures de piscines…

Le bois est également une matière noble et vivante. Il offre une sensation de chaleur et de confort, donc parfait pour des nuits d’été sans fin. C’est une matière qui permet une très bonne isolation thermique et acoustique. Léger et résistant aux intempéries, le bois est totalement écologique et sa pose n’est pas difficile à effectuer. En ce qui concerne le tarif, une terrasse en bois vous permet de faire des économies non négligeables.

terrasse en bois

terrasse en bois ©flirck

Quel type de bois choisir pour votre terrasse extérieure ?

Vous prévoyez de faire poser une terrasse en bois ? Il reste donc à choisir quel type de bois s’adapte le plus à vos besoins. Votre terrasse en bois étant soumise à des conditions climatiques très variées durant toute l’année, faire le bon choix est crucial. Il vous faudra donc choisir un bois très résistant qui résiste aux intempéries et ne pourrira pas au fil des années. La qualité des bois est classée suivant une échelle allant de 0 à 5. Les bois de classe 0, 1, 2 et 2 ne sont pas parfaits pour une terrasse en extérieur. Les bois de classe 4 et 5 conviendront parfaitement pour la conception de votre terrasse extérieure, bien sûr si votre budget vous le permet. Il existe 3 grands types de bois pour la conception d’une terrasse. Chacun d’entre eux possède ses propres avantages et inconvénients. De plus, le prix de pose d’une terrasse en bois varie en fonction des caractéristiques des bois.

Les bois de type européen 

Cette matière peut être utilisée pour la fabrication d’une terrasse extérieure. Son principal avantage repose sur son prix relativement bas, contrairement aux autres types de bois, à partir de 15 euros seulement le mètre carré. Plus souvent en pin, en chêne ou en châtaigner, une terrasse en bois de type européen résiste peu aux effets du climat, surtout des intempéries. Sans entretien régulier, le bois pourra pourrir très rapidement au contact prolongé à l’eau. Une terrasse en bois de type européen est donc idéale si vous souhaitez faire poser par la suite une couverture, par exemple une véranda, afin de la protéger des mauvaises conditions météorologiques. Dans le cas où vous décidez d’utiliser ce type de matériau à l’extérieur, il doit alors être traité quotidiennement pour être plus résistant. Dans ce cas, optez plutôt pour des bois européens déjà traitée qui va vous coûter 20 euros le mètre carré.

 

exemple terrasse en bois

 

Les bois exotiques

Les bois exotiques sont classés dans la catégorie des arbres exotiques. Ils sont originaires des plus grandes forêts tropicales du monde, comme l’Amazonie. Il peut s’agir du Teck, de l’Iroko, de l’Ipé, du Camaru ou encore du Padouk. Une terrasse en bois exotique est réputée pour ses caractéristiques exceptionnelles : naturellement beaux, durables et chaleureux. Les bois exotiques affichent une excellente résistance aux intempéries et offrent une certaine longévité. En effet, ils sont habitués à vivre dans des conditions climatiques d’une humidité très forte et restent donc imputrescibles (classés naturellement classe 4 ou 5). Puisqu’ils ne pourrissent pas, une terrasse en bois exotique ne nécessite donc aucun traitement. Si vous opter pour le bois exotique, soyez certain que votre terrasse extérieure résiste plus longtemps aux intempéries. Le teck, par exemple, peut durer plus de 50 ans et ce sans afficher le moindre signe de dégradation. Certes, vous avez envie d’une terrasse élégante et qui offre beaucoup de confort. L’autre avantage du bois exotique : c’est son apparence. Une terrasse en bois exotique se veut élégant, chaleureux et authentique. Vous pouvez personnaliser votre terrasse selon vos désirs. Comme tout autre produit, il y a aussi des inconvénients. Le bois exotique est extrêmement dense, pesant entre 900 et 1200 kg/m3. C’est donc une matière très difficile à travailler, contrairement au bois classique. Cette opération demande des outils spécifiques et solides. Il y a aussi son prix. Évidemment, le prix pose terrasse bois exotique est plus cher que les autres matériaux, comme les bois européens. Il faut compter en moyenne 30 euros à plus de 100 euros le m² pour des modèles plus résistants. L’autre inconvénient, le respect de l’environnement. Et oui, il faut couper des arbres pour avoir un bois exotique, ce qui ne respecte pas l’environnement. Pour cela, il est important, pour le respect de l’environnement et la conservation des ressources naturelles, d’opter que pour du bois exotique provenant des forêts durables et accréditées par les labels de l’environnement.

 

exemple terrasse en bois

 

Les bois composites

Il s’agit en effet d’un mélange d’environ 50% de déchets issus de transformation du bois et de matière PVC ou de polyéthylène. Ce type de lame respecte l’environnement puisqu’il évite la déforestation des forêts tropicales. Techniquement recyclable, cette matière ne veut pas dire qu’elle est inférieure à un matériau naturel. La lame en bois composite ressemble au maximum au bois. De plus, les matières utilisées pour la fabrication du bois composite sont méticuleusement traitées afin de garantir une qualité et une performance du plus haut niveau. En ce qui concerne le budget, le prix de la pose d’une terrasse en bois composite est moins couteux que les bois exotiques. Le tarif varie cependant selon le modèle de lame choisi. Il dépend en général de la qualité du produit et de sa composition en bois. Il faut compter entre 20 euros et 100 euros le m². Pour la pose uniquement, il faut prévoir entre 30 euros et 40 euros le mètre carré. Le bois composite est parfait pour la conception de votre terrasse extérieure. Outre son prix très compétitif, une terrasse en bois composite reste un bon investissement de par la longévité de la matière, son esthétisme et sa facilité d’entretien.

 

prix pose terrasse bois

Prix pose terrasse bois : 

  • Si vous ne vous sentez pas assez bon bricoleur pour vous engager vous-même dans la construction de votre terrasse en bois, ou si vous n’avez tout simplement pas le temps, vous pouvez déléguer cette tâche à un artisan professionnel. De plus, même si la pose d’une terrasse en bois est accessible aux débutants, certaines règles doivent être respectées et seul un artisan qualité est en mesure de les connaitre. Comme mentionné plus haut, le prix d’une terrasse en bois reste relativement avantageux par rapport aux autres matériaux, comme le béton, le carrelage, la pierre…
  • Le prix de pose d’une terrasse en bois dépend en général des matériaux utilisés, mais aussi de la superficie de votre terrasse. Comptez à partir de 15 euros le m² et allant jusqu’à 150 euros le m² pour les matériaux plus résistants. Il est toujours délicat de se renseigner sur le prix auprès d’une entreprise spécialisée en demandant des devis. En jouant avec la concurrence, vous pouvez comparer les prix et trouver rapidement le meilleur artisan

Des professionnels vous recontactent Gratuitement pour votre projet : 

Surface totale concernée


Vos informations

Code postal

Saisir votre numéro de téléphone si vous voulez être rapidement contacté par des professionnels



* champs obligatoires

Connaitre le prix de pose d’un pavé. Nos conseils & astuces

L’aménagement de l’allée extérieure est indispensable pour créer un chemin solide et résistant où les personnes et/ou les véhicules pourront circuler librement au sein d’une propriété. Il existe plusieurs types de revêtements pour allée extérieure. Le pavé est de loin le plus facile à mettre en œuvre et le plus esthétique. Qu’ils soient en béton ou en pierre naturelle, les pavés vous permettent d’aménager votre allée, votre jardin ou votre terrasse selon vos envies grâce à la panoplie des styles proposés. Avant de choisir tel ou tel type de pavés, il est important de connaître le coût de la pose de pavés pour bien préparer le budget. Dans ce guide, vous trouverez toutes les indications pour en saovir davantage sur le prix pose pavé.

Quel type de pavés choisir ?

Le pavé est un bloc en béton ou en pierre utilisé comme revêtement de chaussée, de l’allée de jardin ou de la terrasse. Il existe plusieurs types de pavés. Les plus fréquemment utilisés sont le pavé en béton, le pavé en pierre naturelle et les pavés décoratifs.

  • Le pavé en béton est fabriqué à partir de ciment, de graviers, de sable et d’eau. Il se décline en deux modèles : le pavé en béton autobloquant et le pavé en béton classique. Ce type de pavé est moins cher et plus facile à poser que le béton en pierre naturelle. Il est aussi disponible en plusieurs couleurs. Selon l’effet recherché, on distingue le pavé pleine masse (la coloration est intégrée dans le mélange) et le pavé bicouche (composé de deux couches : un béton de pose et un béton de parement coloré).

pavé extérieur gris

  • Le pavé en pierre naturelle est très recherché pour son charme et sa résistance. Plusieurs matières peuvent être utilisées pour sa fabrication : granit, grès, basalte, pierre bleue, porphyre, pierre reconstituée, quartzite… Le pavé en granit est le plus classique. Il est résistant, intemporel et se décline en une large gamme de couleurs. Le pavé en grès est moins solide que le granit à cause de sa porosité. Néanmoins, il résiste aux intempéries et à l’usure. Le pavé en pierre bleue est particulièrement plébiscité pour sa belle teinte gris/bleu et sa capacité à se patiner très bien avec le temps. Il est aussi très résistant. Le pavé en pierre reconstituée est fabriqué à partir de poudre de pierre, de liant et d’adjuvant. Il imite la pierre naturelle.

pavé blanc

  • Les pavés décoratifs constituent une nouvelle catégorie de pavés qui, comme leur nom l’indique, sont conçus pour offrir une touche décorative à votre extérieur. Ils sont plus ou moins résistants et adhérents en fonction de leur nature. On distingue entre autres le béton en verre, le pavé en bois, le pavé en résine et le pavé en terre cuite.

exemple de pavé usé

Afin de mieux considérer chaque type de pavé et choisir celui qui convient à vos besoins, plusieurs qualités peuvent être étudiées telles que la résistance à la charge, aux salissures, à l’usure et aux intempéries ou la facilité de réparation et le caractère non glissant.

Prix des pavés par matériau

Le prix des pavés varie selon le matériau.Prix de pose des pavés en béton

Très résistant à l’usure, le pavé en béton est la solution la plus économique pour revêtir son allée extérieure. Le prix pose pavé béton varie entre 2€ et 80€ le m². Ce prix peut être influencé par le type de pavé en béton que vous choisissez (classique ou autobloquant) et son épaisseur.

Les pavés en béton existent en plusieurs épaisseurs allant de 6cm à plus de 8cm. Entre 6cm et 8cm d’épaisseur, ils peuvent supporter un véhicule léger. Au-delà de 8cm, ils peuvent supporter un véhicule lourd.

pose de pavé

Prix de pose des pavés en pierre naturelle

Pendant des siècles, les pavés étaient tous en pierre. En choisissant ce type de pavé, vous offrirez ainsi à votre extérieur une note de classicisme et de luxe. Pour des qualités techniques presque identiques, les pavés en pierre naturelle sont nettement plus chers que ceux en béton. Selon le matériau, le prix pose pavé en pierre naturelle change. Il se négocie en moyenne entre 20€ et 80€ le m².

pose de pavé autobloquant

Prix de pose des pavés décoratifs

Les écarts de prix entre les différents types de pavés décoratifs peuvent être considérables. Pour les pavés en pierre reconstituée, comptez entre 15€ et 60€ le m². Les pavés en verre, pour leur part, se négocient entre 3€ et 20€. Si vous choisissez des pavés en résine, leurs prix hors pose varient entre 40€ et 60€ le m².

Mieux comprendre la pose des pavés

Il existe deux techniques de pose de pavés : pose sur lit de sable et pose sur chape de mortier Quel que soit le type de pavé que vous choisissez, les techniques de pose sont les mêmes. La pose sur lit de sable est la technique la plus fréquemment utilisée. Elle consiste, comme le nom l’évoque, à installer les pavés sur un lit de sable. L’une des conditions pour la réussite de cette technique est la stabilité et la planéité du support. Cette technique consiste à décaisser tout d’abord le sol, à poser une couverture en géotextile, à ajouter une couche de sable de 5cm, à compacter et à niveler. Il ne reste plus qu’à poser les pavés.

pavé gris

La deuxième technique consiste à poser les pavés sur une chape de mortier. Elle est indiquée lorsque la surface est en béton ou quand les pavés n’ont pas les mêmes épaisseurs. Une fois la pose terminée, il faut réaliser les joints. Ces derniers garantissent une bonne longévité à vos pavés. Ils permettent la dilatation des matériaux et comblent les décalages à cause des différences de dimensions. Ils évitent aussi aux pavés de bouger. Le joint pavé peut être réalisé avec du sable classique, du sable polymère, du mortier ou de l’époxy.

Le prix du joint pavé dépend du matériau utilisé. Le prix du sable classique oscille entre 4€ et 6€ le sac de 35kg. Pour le mortier, comptez entre 20€ et 40€ le sac de 25kg. L’époxy coûte entre 30€ et 40€ le sac de 25kg. Le prix du sable polymère varie entre 40€ et 60€ le sac de 25kg.

Prix pose pavé : les informations à connaître

La pose de pavé requiert certaines compétences et du savoir-faire. Si vous n’êtes pas certain d’être suffisamment à la hauteur pour réaliser des travaux de pavage, il convient de la confier à un professionnel. Celui-ci dispose en effet des connaissances et du matériel adapté à chaque technique de pose et à chaque matériau. Les maçons, les paveurs et les carreleurs sont les professionnels habilités à poser les pavés.

pavé centrale

Le prix pose pavé varie entre 40€ et 60€ le mètre carré. A ce prix, il faut ajouter entre 40 et 50% pour le coût des fournitures. En fonction du type de pavé, le tarif installation pavé peut aussi changer. Un spécialiste vous facturera le prix pose pavé autobloquant entre 35€ et 50€ le m², pose et fournitures comprises. Pour un pavé en granit, comptez 80€/m² en moyenne pour le coût de la main d’œuvre et le prix des fournitures.

Tous ces tarifs ne sont que des indications. Pour vous faire une idée précise sur le coût de vos travaux de pavage, nous vous conseillons de demander un devis pose pavé sur notre site.

 

Des professionnels vous recontactent Gratuitement pour votre projet : 

Surface à daller en m²

Code postal

Vos informations

Saisir votre numéro de téléphone si vous voulez être rapidement contacté par des professionnels



* champs obligatoires

Quelle pose pour une porte de garage ? Prix & conseils

La porte de garage est indispensable pour mettre à l’abri vos véhicules et protéger l’accès à votre intérieur. Actionnée plusieurs fois par jour, la porte de garage doit répondre à certains critères dont la sécurité, le confort d’utilisation, la résistance et l’esthétique. Le choix de cet élément doit donc se faire de manière pesée. Les multiples modèles disponibles sur le marché ne facilitent pas toujours la tâche. Entre porte de garage battante, sectionnelle, à enroulement ou pliante, le choix est très large. Outre le choix du type de porte de garage le mieux approprié, la pose est aussi un facteur déterminant dans votre projet de pose de porte de garage. Combien coûte l’installation d’une porte de garage ? Voici un guide qui vous permet de vous faire une idée sur le prix pose porte de garage.

porte de garage exemple

porte de garage exemple ©flirck

Quels sont les facteurs qui influencent le prix pose porte de garage ?

Le prix installation porte de garage peut énormément varier en fonction de plusieurs facteurs :

  • le matériau : lorsque vous décidez d’installer ou de rénover une porte de garage, plusieurs matériaux sont proposés au choix dont l’aluminium, le bois, le prix-veranda et l’acier. La porte de garage PVC est la plus abordable.
  • le type d’ouverture : selon que votre porte de garage soit battante, enroulable, pliante ou basculante, votre budget peut plus ou moins osciller. Les modèles pliant et battant sont moins coûteux que les autres.
  • la motorisation : en ajoutant un système de motorisation à votre porte de garage, vous lui ajoutez de la valeur. Son coût est donc forcément plus élevé que celui d’une porte de garage manuelle.
  • les dispositifs supplémentaires : l’ajout de dispositifs ou de mécanismes supplémentaires tels que le hublot, le portillon ou la serrure peut faire grimper le prix pose porte de garage.
  • la personnalisation : lorsque vous décidez d’installer une porte de garage, vous avez le choix entre acheter un modèle produit en série vendu en magasin ou commander du sur-mesure auprès d’un menuisier. Si cette seconde option vous donne la possibilité d’avoir une porte de garage personnalisée, elle peut aussi alourdir la facture.
pose porte de garage en bois

pose porte de garage en bois ©flirck

Prix pose porte de garage par matériau

Aujourd’hui, vous avez la chance de pouvoir choisir entre plusieurs matières pour votre porte de garage. Chacune d’entre elles a ses avantages et ses inconvénients. Ainsi, la porte de garage en PVC a l’avantage d’être moins chère, légère et facile d’entretien. Par contre, elle est aussi fragile. Le tarif d’une porte de garage en PVC démarre à partir de 250€, et peut aller jusqu’à 3 000€.

La porte de garage en acier a l’avantage d’être résistante et facile d’entretien. Ses faiblesses sont sa faible isolation et son coût relativement élevé. Elle peut coûter entre 1 500€ et 4 000€. Pour pallier le problème d’isolation, vous pouvez opter pour un modèle à double paroi.

Robuste, durable et facile à entretenir, la porte de garage en alu est surtout indiquée pour les maisons situées en bord de mer. Elle a l’avantage d’être résistante, légère et inoxydable. Par contre, elle peut aussi présenter des défaillances au niveau de ses performances isolantes tout comme l’acier. Un modèle de porte de garage alu à double paroi sera donc parfait. Le coût d’une porte de garage en alu oscille entre 300€ et 4 000€.

La porte de garage en bois est élégante, isolante et durable. Par contre, elle est lourde et nécessite un entretien régulier. Un modèle basique en pin coûte aux alentours de 700€. Pour un bois exotique, comptez environ 3 000€.

Vous pouvez aussi opter pour le composite. Moderne et robuste, la porte de garage en composite coûte entre 300€ et 500€.

Des professionnels vous recontactent Gratuitement pour votre projet : 


Vos informations

Code postal

Saisir votre numéro de téléphone si vous voulez être rapidement contacté par des professionnels



* champs obligatoires

Prix porte de garage par type d’ouverture

Hormis le matériau, le type d’ouverture détermine aussi le prix porte de garage. Ainsi, selon votre budget et vos besoins, vous pouvez vous orienter vers différents  modèles :

 

Prix porte de garage basculante

La porte de garage basculante est formée d’un seul panneau qui bascule vers le haut. Lorsqu’elle s’ouvre, elle se plaque parallèlement au plafond. Ce type de porte est particulièrement robuste et sécurisé. Il peut être à bras d’équilibrage (avec rails de guidage) ou à contrepoids. Ces portes sont disponibles en acier, en bois, en alu et en PVC. Leurs prix sont abordables. Ils oscillent entre 150€ et 700€ en fonction du type de matériau.

 

Prix porte de garage sectionnelle

Pour bénéficier d’un gain d’espace aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du garage, la porte de garage sectionnelle est idéale. Elle convient parfaitement aux petits garages. Ce type de porte est constitué de plusieurs panneaux articulés. L’ouverture peut se faire au plafond ou latéralement. Dans le premier cas, la porte de garage se positionne au plafond à l’aide de rails. Dans le second cas, elle glisse le long d’un mur. Comptez entre 300€ et 4 000€ pour le prix porte de garage sectionnelle.

 

Prix porte de garage à enroulement

La porte de garage à enroulement est uniquement disponible en aluminium. Elle est constituée de plusieurs lames en alu agrafées entre elles. Celles-ci s’enroulent dans un coffre situé en haut. Ce modèle de porte de garage garantit un gain d’espace optimal que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur. Voilà pourquoi il convient très bien aux très petits garages. La porte de garage enroulable possède aussi des performances isolantes maximales. Pour vous procurer ce modèle de porte de garage, prévoyez une somme comprise entre 600€ et 3 000€. Pour disposer d’un confort d’utilisation optimal, ajoutez un système de motorisation.

 

Prix porte de garage pliante

Egalement appelée porte de garage en accordéon, la porte de garage pliante est composée de plusieurs vantaux qui se replient sur eux-mêmes tel un accordéon. L’articulation des vantaux est assurée par des charnières. Ce modèle est disponible en PVC, en bois et en alu. Si elle n’implique aucun débordement à l’extérieur, la porte de garage pliante requiert un espace suffisant à l’intérieur pour l’ouverture et la fermeture de la porte. Pour ce type de porte, comptez entre 150€ et 1 600€ selon les matériaux.

 

prix pose porte de garage en bois

prix pose porte de garage en bois ©flirck

 

Prix porte de garage battante

La porte de garage battante est la plus classique des portes de garage. Elle est constituée de deux vantaux qui s’ouvrent vers l’extérieur. Elle est souvent en bois, mais peut aussi être en PVC ou en acier. L’un des avantages majeurs de ce type de porte est son coût moins cher. Le prix porte de garage battante oscille entre 150€ et 600€ dépendamment du matériau choisi.

Prix pose d’une porte de garage automatique

Sécurité et confort d’utilisation, tels sont les avantages de la porte de garage motorisée. Suivant le matériau choisi, le prix porte de garage automatique varie. Comptez 400€ à 1 000€ pour un système à bras, 250€ à 650€ pour un système à crémaillère et 150€ à 500€ pour un moteur à chaîne.

pose porte de garage manuel

pose porte de garage manuel ©flirck

Tarif de pose porte de garage

L’installation d’une porte de garage n’est pas compliquée ni onéreuse tant que le modèle choisi est basique. Dès qu’une fonctionnalité entre en jeu, il convient de faire appel à un professionnel. Ce dernier installera votre porte de garage avec beaucoup plus d’efficacité. La principale difficulté de la pose de porte de garage est d’assurer la planéité et le nivellement de la porte. Après, il faut aussi s’assurer que chaque élément soit installé de manière à ne pas se frotter et à fonctionner durablement. Le prix pose porte de garage est faible par rapport au prix du matériel. En général, le prix pose porte de garage s’élève à 200€ à 500€. Sachez qu’il faut aussi inclure dans le budget la TVA à 10%.

A quel prix pose veranda je peux m’attendre? ? Comment bien négocier ?

Ajouter une véranda à une maison, c’est apporter un confort supplémentaire à votre quotidien en augmentant votre espace de vie et en ajoutant de la plus-value à votre bien. En bois, en alu, en PVC ou en acier, la véranda est une solution idéale pour donner du cachet à votre habitat et profiter des beaux jours d’été. Moins coûteuse que les autres alternatives d’extension de la maison, la véranda peut se décliner en différents styles, matériaux et dimensions. Ces critères peuvent faire grimper ou baisser le prix pose veranda. Dans ce dossier, découvrez tous les éléments à savoir sur la construction et le prix d’installation d’une veranda.

Les facteurs qui influencent le devis d’une pose de véranda

Comme dans tous travaux de construction ou de rénovation, le prix pose veranda peut aller du simple au double en fonction d’un certain nombre de critères. Il est conseillé de tenir compte de ces différents facteurs avant de lancer votre projet.

prix pose veranda

Taille de la véranda

Plus votre véranda est grande, plus elle coûtera cher. Comme les professionnels proposent souvent un prix véranda au m², votre budget augmentera en fonction de chaque m² supplémentaire. A noter qu’au-delà de 20m², un permis de construire est nécessaire. Quand on parle de taille, cela implique aussi la forme. Une véranda classique a une forme rectangulaire. Mais, toutes les formes sont aujourd’hui possibles. Une véranda avec une forme originale peut coûter 20% à 60% plus cher qu’une véranda classique.

veranda en pvc exemple

Les matériaux de construction

Le prix pose veranda varie également selon le type de matériau utilisé pour sa construction. Les différents matériaux utilisés sont le bois, l’aluminium, le PVC et le fer.

L’état du terrain

L’état du terrain sur lequel sera construite la véranda peut aussi avoir un impact sur le prix véranda, notamment si le terrain n’est pas plan ou accidenté.

Prix pose veranda par taille

  • Prix pose veranda 10m² : la plupart des vérandas ont une superficie de 10m² ou plus. L’avantage de cette taille est que le prix est plus abordable. En-deça, il n’y aura pas assez d’espace dans votre véranda. Comptez 8 000€ à 10 000€ pour profiter d’une vérange de 10m².
  • Prix pose veranda 15m² : c’est un bon compromis entre prix accessible et surface plus vaste qui n’empiète pas pour autant sur le jardin. Le coût d’installation veranda 15m² est compris entre 12 000€ et 15 000€.
  • Prix pose veranda 20m² : à partir de 20m², on parle de grande véranda. Elle vous offre un vaste espace pour intégrer plus de rangement et de meubles. Le prix pose veranda 20m² se situe entre 16 000€ et 20 000€.
  • Prix pose veranda 25m² : si vous possédez un jardin de plus de 50m², une véranda de 25m² ira parfaitement. Grâce au vaste espace dont vous disposez, vous pouvez installer un autre salon dans Prix pose veranda. Ce type de véranda coûte toutefois très cher. Il se négocie entre 20 000€ et 25 000€.
  • Prix pose veranda 30m² : avoir une veranda de 30m², c’est un immense projet. Le grand espace à l’intérieur de votre véranda vous permet d’installer un salon de jardin, voire d’aménager une pièce supplémentaire. Une véranda à cette taille se négocie dans les 24 000€ – 30 000€.
  • Prix pose veranda 40m² et plus : si vous avez un très grand jardin, une véranda de 40m² ou plus peut être envisagée. A l’intérieur, vous pouvez créer plusieurs pièces avec des cloisons. Naturellement, une telle véranda nécessite un budget assez conséquent. Comptez entre 32 000€ et 50 000€ pour la construction d’une véranda de cette taille.

veranda exemple

Prix pose véranda par type de matériau et modèle de véranda

En fonction du matériau retenu, le prix d’une veranda au m² variera :

Prix veranda en bois

Inutile de présenter la noblesse et l’élégance du bois. Il est l’un des matériaux préférés des propriétaires aujourd’hui. Ce matériau s’adapte à tous les styles de maison. Il présente en plus des qualités isolantes satisfaisantes et une bonne longévité. Grâce à sa solidité et à sa robustesse, vous pouvez encore espérer avoir votre véranda dans 100 ans. La seule ombre au tableau : le bois est cher et nécessite un entretien régulier. Côté prix, comptez 800€ à 1 700€ par m².

pose veranda

Prix véranda en aluminium

L’aluminium est le matériau le plus utilisé à l’heure actuelle pour construire une véranda. Et pour cause, c’est un matériau léger, résistant, qui permet tous les designs. L’aluminium se décline en une large gamme de couleurs et de motifs. Ce matériau nécessite également peu d’entretien. Un coup de peinture et il retrouvera ses beaux éclats d’antan. La véranda en aluminium présente l’avantage d’être facile à réparer. Si la structure est endommagée, pas la peine de la changer complètement. Il suffit de remplacer les pièces abîmées. Un inconvénient majeur doit cependant être rapporté. L’aluminium n’est pas un bon isolant. Misez donc sur les modèles avec rupture de pont thermique pour pallier ce problème. Une véranda en aluminium coûte entre 900€ et 1 100€ le m².

Prix veranda en PVC

De tous les matériaux utilisés pour construire une véranda, le PVC est de loin le moins onéreux. Il est 15% à 20% moins cher que l’alu. Et pourtant, il possède des qualités intéressantes : bonne longévité, isolation parfaite et facilité d’entretien. Il fait également preuve d’une grande diversité en matière de formes et de styles. Le seul point noir de la véranda PVC est sa fragilité. Il est déconseillé pour les grandes vérandas et celles qui ont un profil porteur. Niveau prix, on estime le prix pose veranda en PVC entre 750€ et 1 000€.

une véranda éclairée

Prix veranda en fer forgé ou en acier

La véranda en fer forgé ou en acier est une valeur sûre. Intemporels, ces matériaux sont restés maîtres dans le domaine de la construction de véranda. Ils permettent de créer des vérandas traditionnelles ou contemporaines avec une touche de prestige. La grande résistance de la véranda en fer forgé ou en acier lui permet de supporter une charge importante. Elle convient donc à un profil porteur. Malgré toutes ces qualités, la véranda en acier ou fer forgé manque de performances thermiques. Les deux matériaux refroidissent la véranda en hiver et provoquent des sensations d’étouffement en été. Ils doivent donc être associés à un double vitrage pour remédier à ce souci. La véranda en acier ou fer forgé est particulièrement chère. Son prix est estimé entre 2 000€ et 2 500€.

Coût des travaux pose véranda

Vous l’aurez compris. La construction d’une véranda est un investissement important. C’est normal, car il s’agit d’un véritable chantier d’agrandissement de la maison. Le prix pose véranda varie donc du simple au double. Il oscille entre 15 000€ et 30 000€ en fonction du matériau, de la taille, etc. Sachez aussi que vous pouvez choisir entre acheter une véranda standard en magasin ou commander une véranda sur-mesure. Cette dernière est 20% à 60% plus coûteuse qu’un modèle standard.

En général, le prix pose veranda est inclus dans le devis établi par le professionnel. Toutefois, si vous décidez d’acheter vous-même votre structure, le coût de la pose véranda sans fourniture varie entre 25€ et 50€ par heure. Cette solution peut être intéressante pour faire des économies sur la construction d’une véranda à condition de trouver une véranda attractive et un artisan qui propose un tarif pose véranda abordable.

Encore une fois, tous les tarifs renseignés dans ce dossier ne sont que des indications. Ce sont des indices qui vous aident à mieux réfléchir sur votre projet. Pour connaître le prix exact de votre projet d’installation de véranda, le mieux est de demander des estimatifs de pose veranda. Sur notre site, vous pouvez obtenir une simulation sur le prix pose veranda de la part d’installateurs dans votre région.

Des professionnels vous recontactent Gratuitement pour votre projet : 

Vos informations

Code postal

Saisir votre numéro de téléphone si vous voulez être rapidement contacté par des professionnels



* champs obligatoires

 

Prix véranda : les différents aspects à connaitre pour faire son choix.

Avoir une véranda où la famille pourra profiter des beaux jours d’été sans forcément être dehors, c’est le rêve ! Les raisons de construire une véranda sont nombreuses : aménager une nouvelle pièce à vivre, donner du cachet à la maison, prolonger l’intérieur vers le jardin, apporter plus de lumière naturelle à la maison, etc. La véranda séduit de plus en plus de propriétaires. C’est un excellent moyen d’augmenter la valeur d’un bien immobilier tout en profitant de plus de confort. Décidé à vous lancer dans un projet de construction de véranda ? Ce dossier vous fournit des pistes sur l’un des aspects les plus importants de ce type de travaux : le prix véranda. Vous trouverez à travers ce guide tous les éléments à prendre en compte dans le calcul du coût d’un projet de construction de véranda.

Prix veranda : les facteurs déterminants

prix veranda

prix veranda ©flirck

Lorsque vous décidez de construire une véranda, plusieurs éléments peuvent influencer le prix :

L’état du terrain :

Comme dans tout projet de construction, l’état du terrain et du sol est un facteur déterminant dans le calcul du prix véranda. Au cas où le terrain n’est pas stable, est endommagé ou est en pente, il faut faire des travaux supplémentaires pour qu’il soit adapté à la construction de véranda. Ces travaux ont un coût qui sera ajouté à la facture finale.

La taille de la véranda :

Plus la véranda que vous vous apprêtez à construire est grande, plus elle vous coûtera cher. En effet, elle nécessitera plus de travaux et de matériaux. La plupart du temps, une véranda mesure moins de 20m². Mais, il est tout à fait possible de construire une véranda plus spacieuse si la dimension du jardin le permet. Dans ce cas, le prix veranda est plus élevé. Un permis de construire est aussi indispensable lorsque votre véranda dépasse les 20m².

La forme de la véranda :

Une véranda standard a la forme rectangulaire. Toutefois, toutes les formes et tous les designs sont aujourd’hui possibles. En fonction de vos goûts et des spécificités architecturales de votre maison, vous pouvez commander une véranda sur-mesure. Plus votre véranda aura une forme originale, plus elle risque d’être onéreuse.

Les matériaux :

Le matériau de construction est aussi un facteur essentiel dans la détermination du prix veranda. Votre véranda peut se décliner en différents matériaux : aluminium, bois, PVC, acier ou fer forgé. Chacun d’entre eux a ses propres avantages et inconvénients qui peuvent influencer le coût de la véranda.

La qualité du vitrage :

La véranda est composée en majeure partie de vitres. De nombreux types de vitrages, allant du simple au triple vitrage, sont proposés sur le marché. Plus le vitrage que vous utilisez est performant, plus le prix veranda sera important.

Le choix de construction

Pour votre projet de construction de véranda, vous avez le choix entre acheter une véranda préfabriquée ou en kit ou faire réaliser une véranda sur-mesure. L’avantage de cette seconde option est que vous avez une véranda qui s’adapte parfaitement à votre maison et à votre terrain. Son coût est toutefois 20% à 60% supérieur au prix veranda préfabriquée.

Des professionnels vous recontactent Gratuitement pour votre projet : 

Vos informations

Code postal

Saisir votre numéro de téléphone si vous voulez être rapidement contacté par des professionnels



* champs obligatoires

Prix veranda par type de matériau

Comme évoqué plus haut, le choix du matériau pour la fabrication d’une véranda joue un rôle clé dans l’estimation du prix pose veranda. Entre la véranda en bois, en alu et en PVC, les prix peuvent varier énormément.

Prix veranda en PVC

Les vérandas en PVC sont les vérandas les moins chères du marché par rapport à d’autres matériaux comme le bois ou l’alu. S’il est déjà largement utilisé pour la fabrication de fenêtres, le PVC possède des qualités techniques qui conviennent aussi pour la construction de véranda : bonnes performances thermiques, résistance à la corrosion et facilité d’entretien. Contrairement aux idées reçues, ce matériau permet aussi de créer tous les styles de véranda que l’on souhaite. Il n’est plus vu comme ce matériau blanc qui manque de fantaisie. Différents motifs et coloris sont aujourd’hui disponibles.

Le seul inconvénient majeur du PVC est sa fragilité. Il ne peut pas être utilisé pour les profils porteurs qui nécessitent une grande robustesse. Question durabilité, le PVC vieillit également moins bien que les autres matériaux. Les prix verandas en PVC sont très variables en fonction de leurs modèles. Comptez entre 750€ et 1 000€ le m².

veranda pvc prix

veranda en pvc prix ©flirck

Prix veranda en aluminium

L’aluminium est aujourd’hui le matériau le plus utilisé pour construire une véranda. 90% des vérandas installées chez les particuliers ont une structure en aluminium. Les raisons de cet engouement sont notamment liées au large choix de coloris offert par ce matériau, mais également à sa résistance et à sa facilité d’entretien. En effet, l’aluminium est inoxydable. Il suffit de le nettoyer avec un peu d’eau savonneuse et le tour est joué.

La véranda en aluminium est en outre facile à réparer. Pas besoin de changer toute la structure si une pièce est endommagée. Vous pouvez uniquement remplacer celle-ci. L’inconvénient majeur de l’aluminium est ses faibles performances thermiques. Il conduit le froid et le chaud. Depuis quelques années, ce problème est enfin corrigé par les rupteurs de ponts thermiques. Ce sont des barrettes isolantes qu’on insère dans la structure de la véranda. Grâce à ce concept, les vérandas en alu sont devenues toutes aussi performantes que celles en bois ou en PVC. Les vérandas en alu se négocient entre 900€ et 1 100€ le m².

veranda alu prix

Prix d’une véranda en bois

Les qualités du bois ne sont plus à présenter. Noble, chaleureux et élégant, ce matériau est l’un des plus utilisés par les propriétaires pour construire une véranda. En plus de ses qualités esthétiques, il est aussi le matériau le plus isolant sur le marché. A toutes ces caractéristiques, il faut aussi ajouter la résistance et la robustesse du bois. Il est recommandé pour les vérandas à profil porteur. Tous ces avantages expliquent le coût élevé de la véranda en bois. Celle-ci se négocie environ entre 800€ et 1 700€ le m². Hormis son prix élevé, son entretien rigoureux fait aussi partie des inconvénients de la véranda en bois. Il faut entre autres appliquer régulièrement de la lasure pour conserver l’état du bois.

pose veranda

pose veranda ©Pixabay

Prix veranda en fer forgé et acier

Pour une véranda classique et élégante, le fer et l’acier sont les matériaux à privilégier. Grâce à leur malléabilité et à leur résistance, ils permettent de créer tous les styles voulus, y compris les formes les plus audacieuses. Les vérandas en fer forgé ou en acier sont classées dans la catégorie haut de gamme. Elles offrent un charme intemporel et une touche de prestige à la maison. S’ils conjuguent les atouts, le fer et l’acier ne sont pas dénués pour autant d’inconvénients. Parmi eux, il faut citer ses faibles performances thermiques et sa corrodabilité. Pour corriger le problème d’isolation, vous pouvez associer les matériaux à un double vitrage. Un traitement anti-rouille et l’application d’une peinture polyester permettent, quant à eux, de les conserver en bon état. Le prix veranda en fer forgé ou en acier varie entre 2 000€ et 2 500€ le m².

Prix veranda selon le modèle choisi

La véranda peut aussi se décliner en différents modèles. Si vous voulez une véranda écologique qui autogénère de l’énergie, une véranda bioclimatique est parfaite. Ce type de véranda peut coûter jusqu’à 40 000€. Envie d’une véranda originale ?

A la place du vitrage, vous pouvez aussi opter pour le polycarbonate aujourd’hui. Le prix du polycarbonate démarre à partir 15€/m².