Diagnostic amiante ? À qui appartient la réalisation des réparations ?

Diagnostic amiante ? À qui appartient la réalisation des réparations ?
3.5 (70%) 2 votes

Votre maison est-elle construite avant le 1er juillet 1997 ? Vous devez alors réaliser un constat d’absence d’amiante, surtout si vous envisagez de vendre votre propriété. Vous êtes tenu de réaliser une vérification et de signaler la situation aux autres occupants de la maison. Cet article vous propose tout ce qu’il faut savoir sur le diagnostic amiante.

Le diagnostic amiante : de quoi s’agit-il exactement ?

Auparavant, les laines minérales et les matériaux synthétiques étaient utilisés comme matériaux d’isolation. Certes,  cela est efficace, mais entraine en même temps des effets néfastes sur l’état de santé des occupants de la maison. Pour les laines minérales (laine de verre ou laine de roche) par exemples, elles diffusent des éléments très irritants. Et pour les matériaux synthétiques, ils rejettent des gaz dangereux surtout en cas d’augmentation de la température à l’intérieur de la pièce. D’où la nécessité de procéder à un diagnostic surtout si l’appartement est à vendre. Cela permet de protéger les occupants, les futurs acquéreurs ou les locataires du bien immobilier.  Une fois les problèmes décelés, la mesure temporaire que le propriétaire peut prendre, c’est la mise en place d’un système ventilation pour la dissipation du gaz et les autres éléments volatils.

diagnostic amiante

Mais le vrai problème réside dans l’utilisation de l’amiante. Celui-ci suscite même de nombreuses contraintes. Il s’agit d’une roche fibreuse fortement utilisée entre les années 50 et 80. L’amiante est surtout utilisé dans la construction des bâtiments grâce à sa robustesse, à sa capacité d’absorption, d’isolation et à son caractère ignifuge. On le trouve principalement dans les calorifugeages, les flocages, les fibrociments (cloisons conçues à base de ciment et d’amiante), les faux plafonds et les revêtements de sols. Ce matériau est également utilisé dans des appareils de la vie courante tels que le grille-pain, les plaquettes de frein, etc.

Les chiffres publiés par les scientifiques parlent d’eux-mêmes concernant les dangers de l’existence de ce matériau. L’inhalation de la fibre d’amiante a un aspect cancérigène. Cela est prouvé par les 2000 décès constatés en 1996, qui sont dus à l’exposition à ce produit. L’amiante devient de plus en plus dangereux au fur et à mesure qu’il se dégrade puisqu’il envoie des poussières. Le risque est gradué selon trois niveaux. Le premier niveau, moins dangereux, ne nécessite qu’un simple contrôle. Lorsque le danger atteint le niveau 2, l’amiante nécessite un confinement. Lorsque le diagnostic atteint le niveau 3, cela signifie que l’amiante est plus dangereux et qu’il faut le retirer le plus rapidement possible. En tout cas, ce matériau n’est pas un danger sauf si les produits qui le contiennent sont en état de décomposition.

Comment résoudre les problèmes d’amiante ?

Pour le traitement amiante, un diagnostic préalable est exigé. Il appartient à un contrôleur technique agréé par le ministère de l’Équipement de prendre en charge l’opération. Ce contrôleur évalue l’état des matériaux reconnaissables en les inspectant directement. Lorsque les matériaux sont invisibles (tels que les flocages), il prélèvera un échantillon pour l’analyser en laboratoire.

Puis la suite des opérations dépend de ce diagnostic.  Lorsque ce dernier constate que les matériaux sont encore en bon état, le bien immobilier ne nécessite que d’un contrôle tous les trois ans. Il en est de même si l’état est discutable, mais le volume de poussière d’amiante est encore moins de 5 fibres par litres. Par contre, le bâti est en mauvais état lorsque ce seuil de 5 fibres par litres est dépassé. Dans ce cas, il faut réaliser des travaux dans une période maximum de trois ans.

Il existe deux types de travaux : le confinement et le retrait. Le premier consiste à confiner l’amiante afin de le rendre inoffensif. Cela permet de remettre l’état de la maison à celui nécessitant un contrôle régulier. Quant au retrait, comme son nom l’indique, il vise à enlever tous les matériaux en amiante friable du bâtiment.

Et enfin, si le diagnostic constate que la maison en question est dépourvue d’amiante, la durée de validité de ce diagnostic est définitive, en d’autres termes, il n’y a pas de limitation dans le temps. Dans le cas contraire, c’est-à-dire lorsque l’amiante est constaté, l’appartement ou le logement doit être soumis à un contrôle de tous les 3ans, et ce, jusqu’à ce que le risque soit écarté. Cela signifie que la durée de validité du diagnostic initial est de 3ans.

À qui appartient la réalisation des réparations ?

Comme on l’a dit plus haut, la réalisation du diagnostic est assurée par le contrôleur qui doit être agréé par le ministère de l’Équipement. Il doit avoir une assurance spécifique pour la réalisation des travaux.

Par ailleurs, l’Association nationale pour l’information sur le logement demande à ce que la réalisation du confinement et du retrait soit faite par un professionnel. Ce dernier doit posséder une certification Qualibat ou Afacq-Acert, selon les arrêtés des 14 mai 1996, et 26 décembre 1997. Les opérations, qui sont longues et minutieuses, ne s’improvisent pas. Celles-ci nécessitent une préparation préalable et bien précise.

De plus, il n’est pas souvent facile de trouver une entreprise adaptée dans un délai très court pour la réalisation des travaux. Sachez que les professionnels disposant de la certification sont très limités puisqu’ils ne comptent qu’une centaine. Or le nombre des habitats disposant des problèmes d’amiante est élevé. Quoi qu’il en soit, l’ensemble des opérations relatives au désamiantage est éligible aux aides et subventions de l’association ANAH (Agence Nationale de l’habitat).

Prix d’un diagnostic amiante

Pour le diagnostic, le frais de prestation du contrôleur peut atteindre 150 euros par intervention.

Quant à l’opération de désamiantage (le retrait d’amiante), celle-ci est couteuse. Le décollage de dalles de vynile coûte environ 60 à 500 euros par m². Ce prix dépend de la présence ou de l’absence de colle à base d’amiante fixant les dalles. Pour résoudre ce problème, il faut laisser la colle et la recouvrir d’une résine, une opération qui coute en moyenne 85 euros par m².

Pour terminer, le travail des ouvriers se fait dans des conditions risquées. Ils nécessitent des pauses régulières toutes les deux heures. Ils ont également besoin de plus de temps pour la préparation des travaux.

Les articles qui peuvent vous intéresser